La MRC de Témiscouata
Le LLio devient un expert du Fonds Écoleader

EolienneRivière-du-Loup - Le Living Lab en innovation ouverte (LLio) du Cégep de Rivière-du-Loup rejoint le répertoire des experts du Fonds Écoleader; une initiative qui vise à orienter et soutenir les entreprises dans l’implantation de pratiques d’affaires écoresponsables et de technologies propres.

Financer des projets de développement durable

Le LLio devient ainsi une ressource précieuse pour favoriser l’obtention d'un financement pouvant aller jusqu’à 50 % pour les entreprises privées du Québec, ou entreprises d’économie sociale, souhaitant implanter des pratiques écoresponsables et des technologies propres. Notamment, la réduction de l’utilisation de matières premières ou d’énergie; la réduction de l’émission de polluants, dont les gaz à effet de serre (GES); l’augmentation de la recyclabilité des produits; l’extension de la durée de vie des produits; l’approvisionnement écoresponsable; l’écoconception, l’économie circulaire et toutes mesures améliorant la performance environnementale des entreprises, tout en engendrant des co-bénéfices sociaux et économiques.

Le LLio se spécialise, à titre d’expert, dans deux des vingt et une thématiques de développement durable représentées par le Fonds Écoleader, soit 1- Innovation (Ouverte, sociale, organisationnelle) et 2-Consultation des parties prenantes et acceptabilité sociale et développement, innovation. Ainsi, le centre de transfert du cégep pourrait accompagner dans ses démarches d'implantation de projet de développement durable les entreprises, en les coachant, en développant conjointement des outils ou en participant à un projet de recherche. Les projets déposés verront leur admissibilité confirmé après analyse du dossier déposé.

Pour en savoir plus sur les programmes de financement du Fonds Écoleader, on peut contacter Michel Morin, chargé de projet au LLio à michel.morin@llio.quebec.

 

À propos du Fonds Ecoleader

Le Fonds Écoleader est une initiative du gouvernement du Québec coordonnée par le Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD), en collaboration avec le Centre québécois de développement durable (CQDD) et Écotech Québec. Son objectif est de rejoindre 50 000 entreprises québécoises afin de les orienter et de les soutenir dans l’implantation d’un large éventail de pratiques d’affaires écoresponsables et de technologies propres.

Pohénégamook est à la recherche de ses plus grands ambassadeurs !

PrixAmbassadeurPohénégamook – La Ville de Pohénégamook lance le concours « Prix Ambassadeur », visant à dénicher l’entreprise, l’organisme et la personnalité ayant le plus fortement contribué au rayonnement positif de la municipalité au cours de la dernière année. Les lauréats se partageront la somme de 2 000 $.

En dépit de la pandémie, les Pohénégamookois ont su se réinventer, innover et performer. Le « Prix Ambassadeur » est l’occasion de souligner les bons coups et de mousser la fierté locale. Pour participer, les entreprises, les organismes et les citoyens devront démontrer de quelles façons leurs actions ont généré des retombées positives pour la communauté ou ont fait rayonner Pohénégamook sur les scènes locale, nationale et internationale. La date limite pour soumettre une candidature est le vendredi 6 novembre 2020 à minuit.

La population est également invitée à se joindre à l’initiative en dévoilant son « coup de cœur Pohénégamook ». Pour ce faire, les citoyens seront appelés à partager une photo montrant ce qu’ils aiment le plus à Pohénégamook (lieu, activité, etc.) dans la section « commentaire » des publications du concours sur la page Facebook de la Ville. Trois bons d’achat d’une valeur 50 $, échangeables dans un commerce local, seront tirés parmi les participants au cours des prochaines semaines.

« Avec ce concours, nous voulons combattre la grisaille de novembre en faisant ressortir les réussites et les belles initiatives qui ont vu le jour chez nous au cours de l’année » explique Mme Louise Labonté, mairesse de Pohénégamook. Il s’agit également d’une façon de mobiliser la communauté autour des grandes orientations du plan stratégique de la Ville, soit l’amélioration de la vitalité et de l’attractivité du territoire ainsi que la rétention de la population.

Les modalités du concours ainsi que le formulaire de candidature sont accessibles sur le site Internet de la Ville de Pohénégamook. Les gagnants seront annoncés le vendredi 13 novembre 2020. Pour de plus amples informations, contactez Mme Marilyn Labrecque, agente de développement et communications au 418 863-7722 poste 4105.

P.J. : Image du concours

Assemblée générale annuelle du Centre des Femmes du Témiscouata

Photo CFT exterieur travailleuses proche 2020Saint-Louis-du-Ha!Ha! - En cette année particulière, le Centre des Femmes du Témiscouata vous invite cordialement à son assemblée générale annuelle qui se tiendra le jeudi 12 novembre à 13 h. Pour votre participation, vous aurez 2 choix : en présence, au Fort Ingall (81, rue Caldwell, Témiscouata-sur-le-Lac, quartier Cabano) OU via la plate-forme Internet ZOOM. Lors de cette rencontre, les sujets suivants seront abordés : le rapport d’activités, le rapport financier 2019-2020, les orientations et les priorités de l’organisme pour 2020-2021.

Vous êtes invitées à vous inscrire au 418-854-2399, les places en présentiel étant très limitées. Pour les personnes désirant participer par ZOOM, merci de nous transmettre par téléphone votre courriel afin de recevoir le lien pour accéder à la réunion.

Bienvenue à toutes personnes ayant un intérêt pour le Centre!

 

Le Centre des Femmes du Témiscouata est un organisme communautaire qui vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, par l’aide et l’entraide, l’éducation populaire et les actions collectives!

Raymond Bachand, président de la nouvelle Conférence économique de l’industrie touristique québécoise

CEITQ LOGO 2020 RGB couleurAux prises avec la crise la plus importante de son histoire, alors que l’industrie touristique est le secteur économique le plus durement frappé au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde, les acteurs en tourisme continuent de se mobiliser et d’agir de façon proactive avec la mise sur pied de la Conférence économique de l’industrie touristique québécoise.

Monsieur Raymond Bachand agira à titre de président de la Conférence, formée de 12 femmes et hommes, propriétaires et dirigeant.e.s d’entreprises touristiques, possédant une vaste expérience opérationnelle et alliant des expertises complémentaires acquises au sein de ce secteur économique. Leurs connaissances des réalités régionales, nationales, internationales, des divers secteurs d’activités et de la réalité des entreprises de toutes tailles qui composent l’industrie touristique serviront avec pertinence la mission de la Conférence. Au cours des derniers jours, plusieurs rencontres auprès d’instances gouvernementales ont déjà eu lieu afin de proposer des solutions concrètes et d’éviter la déstructuration du tourisme, secteur essentiel de la vitalité économique du Québec et de ses régions.

 

Une conférence économique des plus pertinentes en cette période difficile

Au printemps 2020, le tourisme a été l’une des premières industries à être frappée de plein fouet par la pandémie actuelle. Bien que certaines zones des 22 régions touristiques du Québec ont pu bénéficier d’une courte période d’affluence accrue lors de la saison estivale, les centres urbains et pôles régionaux ont, quant à eux, été désertés. De plus, les entreprises touristiques québécoises ont dû s’adapter, de façon importante, à la réalité particulière de l’opération en période de COVID-19. De même, l’automne, qui suscite habituellement une forte présence de touristes internationaux, en plus d’être la période par excellence pour la tenue d’événements d’affaires et pour le tourisme scolaire ou sportif partout en province, est pour ainsi dire réduit à néant avec la deuxième vague de la pandémie. Les prévisions sont peu reluisantes quant à une éventuelle reprise : selon de nombreux experts, il faudra plusieurs années pour que le tourisme se remette de cette crise sans précédent.

Avant la pandémie, le tourisme québécois contribuait à l’économie du Québec à hauteur de 16 G$ annuellement, tout en représentant plus de 400 000 emplois. En outre, en termes d’entrées de devises étrangères dans l’économie québécoise, le tourisme représentait l’équivalent du cinquième secteur d’exportation du Québec puisque les quelque 9,3 millions de touristes provenant de l’extérieur du Québec généraient 5,8 G$ de dépenses touristiques sur le territoire québécois.

Les impacts de la crise actuelle sur le tourisme et sur l’économie québécoise sont majeurs. Selon une récente étude effectuée en septembre 2020 par RCGT Horwarth HTL, des pertes de revenus de 3,4 G$ sont à prévoir pour l’année 2020-2021, soit une baisse de 61% du chiffre d’affaires pour seuls les secteurs de l’hébergement, des attraits et des services touristiques, une prévision qui ne comprend pas les pertes de revenus de la restauration touristique et du sous-secteur des transports.

 

Une vision globale, une voix forte et unie

Au sein de la Conférence, les membres ne représentent pas leur entreprise, leur région ou leur secteur spécifique, mais plutôt le Québec dans son ensemble ainsi qu’une diversité de secteurs d’activités et de tailles d’entreprises.

En plus du président, Raymond Bachand, qui agit aussi à titre de conseiller stratégique, les membres de la Conférence sont, en ordre alphabétique :

• Alain April - Hôtel Le Bonne Entente et Entourage sur-le-Lac

• Pascale Coutu - La Courgerie

• Janine Durette - La Ronde Six Flags

• Christiane Germain - Germain Hôtels

• Yan Hamel - Croisières AML

• Caroline Lepage - AGORA OPUS3

• Patrice Malo - Station Mont Tremblant

• Jacques Primeau - L’Équipe Spectra

• Luzana Rada - Global Tourisme

• David Rheault - Air Canada

• Claudine Roy - Auberge sous les Arbres

 

Citations

« Deux mois d'opérations estivales n'auront jamais permis de combler l'absence des clientèles d'affaires et d'agrément provenant des marchés hors Québec. Malgré une gestion rigoureuse, la rentabilité est impossible, les coffres sont vides, mais les obligations financières, elles, demeurent. Les prochaines semaines seront critiques pour la pérennité de nombreuses entreprises, qu’elles soient en zone rouge ou non. Nous parlons carrément de survie : comment au cours de la prochaine année, peut-on espérer payer nos employés, nos taxes, nos factures avec seulement 20% de nos revenus habituels ?»

Yan Hamel, membre de la Conférence Croisières AML

 

« Nos plus grands soucis sont pour les employés que le secteur touristique risque de perdre à tout jamais, ce qui, viendrait déposséder l’industrie d’une expertise fondamentale dans un contexte de rareté de main d’œuvre. Sans la subvention salariale des derniers mois, un grand nombre d’entreprises que nous pourrions croire fortes, auraient déjà mis la clé sous la porte. Or, les paramètres réduits de cette subvention sont insuffisants dans les circonstances actuelles et ils ne permettent pas d’espérer une relance »

Caroline Lepage, membre de la Conférence AGORA OPUS3

 

« Je crois singulièrement à l’impact socioéconomique de ce secteur qui contribue grandement à la vitalité du Québec et de ses régions. En tant qu’ancien membre du conseil d’administration de Tourisme Montréal, ainsi qu’ancien ministre du Tourisme et ministre des Finances, j’ai choisi de m’impliquer avec les autres membres de la Conférence afin de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter la déstructuration d’un pan complet de notre économie. »

Raymond Bachand, O.C., Ad. E., président de la Conférence Conseiller stratégique

 

À propos de la Conférence économique de l'industrie touristique Québécoise

La Conférence  est un comité formé de chefs d’entreprise ayant une fine compréhension des enjeux régionaux et sectoriels de même que de la diversité des tailles d’entreprises du secteur économique. Ensemble, ils cumulent une solide expérience des opérations dans l’industrie touristique québécoise et bénéficient de la complémentarité de leurs expertises. À partir de données, d’activités de veille et d’analyses économiques, les membres de la Conférence échangent sur les principaux enjeux identifiés par les entreprises et le réseau associatif québécois, notamment l’état de l’environnement d’affaires et l’impact des politiques publiques sur l’industrie. Aussi, ils analysent les conditions de succès et recommandent les stratégies à mettre en place afin de générer le maximum de retombées pour l’ensemble du Québec.

Des subventions pouvant atteindre 100 000 $ pour soutenir le développement des entreprises touristiques au Bas-Saint-Laurent

TBSLDes sommes de 375 000 $ pour 2020-2021 et de 461 725 $ pour 2021-2022 sont maintenant disponibles pour la réalisation de projets de développement et de structuration de l’offre touristique dans la région.

Ces montants proviennent de l’entente de partenariat régional en tourisme – volet 3, qui est renouvelée jusqu’au 31 mars 2022, et qui a pour objectif de stimuler l’économie et de favoriser le développement d’une offre touristique originale, complémentaire et respectueuse du développement durable.

Elle concerne les PME et les organismes touristiques, les coopératives, les communautés et les nations autochtones reconnues par l’Assemblée nationale, les entités municipales incluant les municipalités régionales de comté (MRC) et tout regroupement de ces clientèles.

Pour chaque catégorie de projets admissibles, une aide financière maximale est prévue : les attraits, activités et équipements, dont le coût minimal du projet est de 40 000 $, ont droit à une aide maximale de 100 000 $, les études (coût minimal du projet : 25 000 $) ont droit à maximum 15 000 $, les services-conseils (coût minimal : 25 000 $), 15 000 $, la structuration de l’offre touristique régionale (coût minimal : 35 000 $), 50 000 $ et les établissements d’hébergement (coût minimal : 40 000 $), 100 000 $.

En nouveauté, pour les organismes à but lucratif (OBL), les organismes à but non lucratif (OBNL), les coopératives, les municipalités et les regroupements de clientèles, la mise de fonds minimale passe de 20 % à 10 % et le cumul des aides gouvernementales est maintenant de 90 % pour toutes les clientèles admissibles.

L’Association touristique régionale du Bas-Saint-Laurent (ATR) recevra le dépôt de projets en continu à partir du 21 octobre 2020, et ce, jusqu’au 1er février 2022. L’ensemble de la documentation nécessaire pour y déposer une demande se retrouve sur le site Internet dédié à l’industrie touristique, atrbsl.ca.

Ces montants s’inscrivent dans les investissements de 1 386 812 $ faits par la ministre du Tourisme pour la région du Bas-Saint-Laurent et qui reflètent la volonté commune du ministère et de l’ATR de s’associer avec les partenaires locaux et les entreprises pour la réalisation de projets de développement de l’offre touristique régionale concordant avec les priorités de développement de la destination.

Octobre et novembre : plus de 23 artistes en tournée dans 16 lieux à travers le vaste territoire du ROSEQ

ROSEQLes diffuseurs membres du ROSEQ annoncent leur programmation mensuelle pour la période du 21 octobre au 14 novembre prochain. En cet automne particulier et malgré les circonstances exceptionnelles toujours présentes, les arts de la scène demeurent présents dans l’est du Québec avec une programmation englobant les disciplines de la danse, du théâtre, de la chanson, de la musique, de l’humour, du cirque et du jeune public. Plusieurs artistes sont à découvrir, notamment Dominique Fils-Aimé, Rosalie Vaillancourt ou encore Ludovick Bourgeois. Chaque salle de spectacle a développé un protocole sanitaire rigoureux et respecte les mesures mises en place par la CNESST.

Voici, par discipline, l’énumération des artistes en spectacles dans l’est du Québec du 21 octobre au 14 novembre 2020 :

CHANSON

Hugo Lapointe, Geneviève Jodoin, Claude Cormier, Marco Calliari, Dominique Fils-Aimé, Bowie Revisited Show, Martin Levac, Ludovick Bourgeois, Andrea Lindsay et Luc de Larochellière, Émile Bilodeau, Bleu Jeans Bleu, Harvest – Œuvres de Neil Young;

DANSE

La question des fleurs (Andréa Pena, Christophe Garcia, Dominique Porte et Ismaël Mouaraki);

HUMOUR

Projet parallèle avec Sam Breton, Rosalie Vaillancourt;

JEUNE PUBLIC

Atchoum et Pépé;

MUSIQUE

Jordan Officer et Alain Bergé;

THÉÂTRE

Bang! Avec Denis Bouchard, Mohsen El Gharbi – Omi Mouna, Cédric Landry, Frida Kahlo, Radio-Ressources du Théâtre Pàp;

CIRQUE

Six de Flip Fabrique.

 

D’autres activités ont lieu auprès de plusieurs diffuseurs membres du ROSEQ. Renseignez-vous auprès d’eux!

Dues aux circonstances exceptionnelles, veuillez noter que des changements de programmation sont possibles. Pour connaître les dates et lieux de chacune des tournées d’artistes, merci de contacter la salle de spectacle souhaitée.

Les 16 Diffuseurs membres du ROSEQ participants aux tournées du 21 octobre au 14 novembre 2020 :

Diffusion culturelle de Lévis, Rivière-du-Loup en spectacles, Diffusion Mordicus d’Amqui, Maximum 90 de Carleton-sur-Mer, Comité culturel Les Moussaillons de Paspébiac, Au Vieux Treuil des Îles-de-la-Madeleine, le Comité de spectacle de Havre-St-Pierre, le Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier, Centre de Création Diffusion de Gaspé, Productions de la Salle Comble de Ste-Anne-des-Monts, Centre des arts de Baie-Comeau, Spect’Art Rimouski, Salle de spectacles de Sept-îles, Comité de spectacles de Fermont, Comité de spectacles de Forestville ainsi que Sapinart de Chandler.

Depuis plus de 40 ans, le ROSEQ favorise, facilite, stimule la circulation de spectacles professionnels sur son territoire qui couvre les régions du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches, de la Capitale Nationale, de la Côte-Nord ainsi que de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine. La programmation des diffuseurs contribue au rayonnement des artistes québécois et d’ailleurs, anime les collectivités et inspire les publics de tous âges.

Le travail du ROSEQ au bénéfice des arts de la scène et de ses membres ne serait possible sans la contribution de ses partenaires dont Patrimoine canadien et le Conseil des arts et des lettres du Québec.

29e rencontre d'automne : événement virtuel novateur pour le ROSEQ et l'industrie

ROSEQ 29e rencontre dautomneLe ROSEQ présentait de manière toute virtuelle sa 29e Rencontre d’automne du 14 au 16 octobre dernier. L’événement, ayant réuni pas moins de 350 participants des quatre coins de la province et de la francophonie canadienne, s’est soldé par un impressionnant succès grâce aux extraordinaires performances artistiques, à la qualité de l’exécution technique et à l’interaction continue entre les participants. En plus de toutes les activités artistiques et professionnelles du programme, la 29e Rencontre d’automne a couronné des Prix ROSEQ les diffuseurs de Montmagny, New Richmond et des Îles-de-la-Madeleine, ainsi que l’artiste Alex Burger.

Trois diffuseurs reçoivent des Prix ROSEQ

Le diffuseur de Montmagny s’est vu remettre le Prix Mallette visant à souligner son initiative « Les shows de confinement jeunesse », véritable effort de résilience qui a permis à une importante quantité de jeunes de pouvoir profiter de spectacles virtuels. Dans un second temps, la Salle de spectacles régionale Desjardins de New Richmond a raflé le Prix SODEC, qui a salué l’initiative rassembleuse du diffuseur pour la présentation du « Che-nous show ». Enfin, le Prix Groupe Méga Scène a été remis Au Vieux Treuil des Îles-de-la-Madeleine, récompensant ainsi les nombreux partenariats développés par le diffuseur, qui a présenté une saison estivale de diffusion surprenante, déployée aux quatre coins de la région madelinienne.

Les lauréats ont tous reçu une œuvre d’Émilie Rondeau, artiste visuelle du Bas-Saint-Laurent basée dans la région du Kamouraska, dont la démarche artistique prend racine dans son désir de représenter le territoire de façon tonique et poétique.

Alex Burger, lauréat du tout premier Prix LOJIQ

Ce tout nouveau Prix ROSEQ permettra à Alex Burger de prendre la route à l’été 2021 en tant que tête d’affiche de la Tournée Découvertes et de bénéficier d’une bourse de déplacement. Par ce prix, Les Offices Jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) appuient un artiste de moins de 35 ans dans le développement de sa carrière artistique, dont le potentiel a été remarqué par le jury. Alex Burger propose une musique rock et drôle, de laquelle ressort des touches de blues américain, de chanson québécoise et de country.

À propos de la 29e Rencontre d’automne du ROSEQ

En cohérence avec le contexte sanitaire, l’équipe du ROSEQ a su adapter le format de son événement à la situation, agissant ainsi comme défricheur au bénéfice de futurs événements contacts en arts de la scène. En plus de la trentaine de propositions artistiques présentée, l’événement a permis près de 725 vis-à-vis professionnels de même qu’un panel traitant de la numérisation des arts de la scène. Le ROSEQ soulignera le 30e anniversaire de son incontournable Rencontre d’automne du 13 au 16 octobre 2021.

Le ROSEQ regroupe 32 membres diffuseurs installés dans les salles de spectacles de Lévis à Natashquan, en passant par les Îles-de-la-Madeleine. Il permet la concertation de ces lieux uniques et favorise, facilite, stimule la circulation de spectacles depuis 40 ans! Pour la réalisation de cette 29e Rencontre d’automne, le ROSEQ a été soutenu par plusieurs partenaires publics et privés : Patrimoine canadien, Musicaction, le CALQ, la SODEC, LOJIQ, La Semelle verte, le Groupe Méga Scène, le Théâtre de la Ville de Longueuil, Spect’Art Rimouski, Mallette et AudienceView.

La MRC de Témiscouata dresse un bilan positif de ses interventions et investissements effectués en développement socioéconomique au cours de la dernière année

Guylaine Sirois préfet MRC de TémiscouataMalgré un contexte difficile depuis mars, la MRC de Témiscouata continue à appuyer les entreprises et les organismes de son territoire. Du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, le Service de développement de la MRC a répondu à 106 demandes et une somme totalisant 2 351 713$ a été investie par le biais de ses divers fonds, soit le Fonds de développement des territoires (FDT), le Fonds local d’investissement (FLI) et le Fonds de développement éolien. Au total, 47 entreprises, 25 OBNL ou coop, 2 organismes municipaux et 32 requêtes provenant des municipalités ont bénéficié d’un soutien. Ces contributions sont des leviers financiers importants puisqu’ils ont généré des investissements s’élevant à plus de 11 065 388 M$ dans le milieu, soutenant l’activité économique, tout en permettant de créer, de maintenir ou de consolider plusieurs emplois.


La MRC est un partenaire de développement qui rend possible la concrétisation de nombreuses initiatives au Témiscouata. Elle contribue aux projets à caractère communautaire, mais également à ceux des entreprises, que ce soit pour le démarrage, la mise en marché, l’expansion, la consolidation ou la relève entrepreneuriale dans tous les secteurs d’activités.


« Vous pouvez compter sur notre équipe de professionnels aguerris pour vous accompagner dans vos projets. Grâce aux divers fonds disponibles, nous sommes en mesure de participer concrètement au développement de la région. Nous pouvons être fiers du travail accompli et soyez assurés que nous serons là pour vous, autant pour du support technique que financier », souligne madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata.


Mentionnons que dans le cadre du programme « Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises », une mesure relative à la COVID-19 mise en place par le Ministère de l’Économie et de l’Innovation, le Service de développement de la MRC a traité 14 demandes entre le 7 de mai et le 4 juin 2020. Pour l’ensemble des demandes, 11 ont été acceptées pour des investissements s’élevant à 395 000$, permettant ainsi de consolider 107 emplois. Des fonds sont toujours disponibles pour les entreprises qui ont besoin de ce soutien financier. N’hésitez pas à nous contacter au 418 899-6725.

Une première FabRégion au Canada

Fabregion BSL vfcs 01Le Bas-Saint-Laurent devient aujourd’hui la première FabRégion au Canada reconnue par l’accréditation du réseau Fab City, officialisée dans le cadre du Fab City Summit - Emergency to Resilience.

Recentrer l’économie sur l’autonomie régionale

Le Bas-Saint-Laurent s’engage ainsi à mettre en place une gouvernance régionale composée d’élu·e·s, de citoyen·ne·s, de chercheur·euse·s et d’expert·e·s sectoriel·le·s en matière d’autonomie alimentaire, énergétique et en produits manufacturiers afin d’atteindre 50 % d’autosuffisance d’ici 2054.

L’accréditation obtenue permettra au Bas-Saint-Laurent de se lier à un imposant réseau international composé de 31 villes et trois régions, dont des grandes métropoles du monde, telles Barcelone, Paris ou Shenzhen, et ainsi s’inspirer des meilleures pratiques en matière d’autonomie.

« En tant qu’élus locaux, nous jouons un rôle essentiel dans le soutien et l'accélération des politiques d’autonomie et de gestion collective des ressources de notre région. En effet, les plans stratégiques et outils de planification des différentes organisations territoriales peuvent constituer des leviers importants pour recentrer l’économie sur l’autonomie régionale et les besoins fondamentaux des communautés locales », précise Michel Lagacé, président de la Table régionale des élu·e·s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL).

Bruno Paradis, préfet de la MRC de la Mitis et membre du comité de pilotage, a proclamé la déclaration d’adhésion au nom de la TREMBSL, en direct de la chaîne YouTube Distributed Fab City Summit 2020.

FabRégion : une initiative qui se distingue

Le Bas-Saint-Laurent se démarque de l’ensemble des initiatives déjà présentes au sein de Fab City, dans la mesure qu’il s’agit d’une région et non d’une ville et par son caractère rural qui contraste avec l’urbanité des autres initiatives.

« Une FabRégion est une communauté qui réfléchit à son avenir collectivement. C’est construire un écosystème collaboratif, propice à l’innovation et qui travaille dans une approche intersectorielle », explique Émilie Dupont, représentante du groupe d’expert·e·s sectoriel·le·s qui participe au comité de pilotage.

À propos de FabRégion

Rappelons que FabRégion est un projet coordonné par le Living Lab en innovation ouverte (LLio) et porté par un collectif de partenaires comprenant le fablab Fabbulle du Cégep de Rivière-du-Loup, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la Table régionale des élu·e·s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL), la mairesse de Sainte-Luce, Rimouski en transition, la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBBSL), la Société d’aide au développement de la collectivité du Kamouraska (SADC), le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL), l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent et des citoyen·nes, dont l’auteur et cinéaste Hugo Latulippe.

À propos de FabCity

En 2014, le maire de Barcelone met au défi les villes de produire au moins la moitié de tout ce qu'elles consomment d’ici 2054. Avec les premières villes répondant à l’appel, se forme le réseau Fab City Global Initiative qui implique, depuis ce jour, plus d’une trentaine de villes, de régions et de pays de partout sur la planète. L’initiative porte des valeurs écologiques, d’inclusion, de glocalisation, de participation citoyenne, d’économie circulaire, de philosophie open source et d’économie à dimension humaine. L’objectif fondamental est de relocaliser l’économie, tout en fédérant une collectivité de villes et de citoyen·ne·s.

COVID-19 - Les efforts des bas-laurentiens méritent d’être reconnus

logo trembsl 800x327Réunie en rencontre virtuelle extraordinaire mardi le 13 octobre, en compagnie de plusieurs membres de la députation provinciale et fédérale, la Table régionale des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) a tenu à réagir aux rumeurs qui ont couru ces derniers jours à l’effet que l’ensemble du territoire québécois allait bientôt passer en zone rouge, sans égard à la situation socio-sanitaire propre à chacune des régions.

« D’emblée, nous pouvons considérer qu’il s’agissait bel et bien de rumeurs, puisque le Ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Christian Dubé, a clairement indiqué lors de la conférence de presse tenue un peu plus tôt dans la journée, qu’il entendait maintenir une approche ciblée et équilibrée, tenant compte des réalités régionales », a déclaré Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL. « Nous saluons cette position qui vient reconnaître tous les efforts déployés par les bas-laurentiens, dans chacune des MRC et des municipalités, pour endiguer la vague d’éclosions qui nous a touché il y a trois semaines. Depuis, grâce au sens élevé du devoir de nos citoyens et citoyennes, à leur souci de protéger les personnes les plus vulnérables de la communauté, de soutenir le personnel dévoué du réseau de la santé, de maintenir une vie scolaire pour nos jeunes, une activité économique optimale dans les circonstances et, surtout, une qualité de vie pour tous, nous sommes parvenus à réduire largement le nombre de nouveaux cas », souligne-t-il.

Andrew Turcotte, préfet de La Matanie et membre de la TREMBSL, n’est pas surpris que le gouvernement maintienne le cap avec une approche dictée par une analyse fine des faits : « Nous avons vu des niveaux d’alerte différents à l’intérieur d’une même région. Le gouvernement a démontré qu’il pouvait appliquer ce système de manière quasi chirurgicale, en tenant compte du contexte spécifique des milieux. Je crois que c’est la meilleure façon de gérer cette crise, tout en préservant au maximum la capacité pour le Québec de rebondir lorsqu’elle connaîtra son aboutissement ».

Même son de cloche du côté de Rimouski : « Le passage d’un niveau d’alerte à un autre doit pouvoir s’effectuer dans les deux sens et nous sommes confiants que, lorsque la situation le permettra, la région passera du orange au jaune et, ultimement, au vert. On sent que toute la population est mobilisée par cet objectif et que ses efforts seront reconnus par le gouvernement du Québec », renchérit Marc Parent, maire et aussi membre de la Table.

Les éluEs ont également tenu à souligner la gestion rigoureuse de la crise par la direction de la Santé publique régionale et du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSSBSL). « Dès qu’il y a eu une croissance de la propagation, nous avons repris les rencontres régulières avec la direction du CISSBSL pour suivre la progression du virus et appuyer les communications sur les mesures sanitaires à appliquer. Le monde municipal, à l’instar des citoyens et citoyennes qu’il représente, est toujours prêt à épauler la Santé publique régionale lorsque la situation l’exige », explique Pierre D’Amours, maire d’Amqui et vice-président de la TREMBSL.

Toutefois, la lutte contre la propagation du virus devra se poursuivre, et elle passe avant tout par les gestes posés au quotidien par chacun d’entre nous. « La population du Bas-Saint-Laurent a appris, au cours de cette deuxième vague, qu’elle n’était pas à l’abri de ce fléau qui a endeuillé trop de familles. Elle s’est rapidement ressaisie et démontre actuellement un comportement exemplaire qui porte ses fruits. À l’aube de l’ouverture de la chasse à l’orignal à l’arme à feu, une activité prisée par des milliers d’adeptes qui convergent vers notre région pour la pratiquer, nous invitons ces visiteurs à respecter nos efforts et à adopter toutes les mesures sanitaires recommandées par la Santé publique. De même, nous incitons nos populations à s’inscrire à l’application Alerte COVID afin d’aider à retracer les cas contacts. Aidez-nous à aider le Québec tout entier », conclut Michel Lagacé.

Pour en savoir plus sur les mesures sanitaires en situation de chasse, consultez : https://www.quebec.ca/tourisme-et-loisirs/activites-sportives-et-de-plein-air/chasse-peche-et-piegeage-durant-la-pandemie-de-la-covid-19/#c66597

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Randonnée au parc éolien

Affiche Rando parc éolienSaint-Louis-du-Ha! Ha! - Le Centre des Femmes du Témiscouata vous invite jeudi le 5 novembre, à venir prendre l’air et admirer le beau paysage témiscouatain au Parc Éolien à Saint-Honoré! Une randonnée en toute simplicité pour ce faire du bien! Le point de rencontre est à 13 h, pour co-voiturage, au Centre des Femmes du Témiscouata, 233-2 rue commerciale, Saint-Louis-du-Ha! Ha! Si vous voulez vous rendre directement au Parc éolien, merci de nous aviser lors de votre inscription. Apportez une collation et votre bouteille d’eau!

 

En cas de pluie, l’activité est annulée.

Les mesures sanitaires seront appliquées et la distanciation respectée.

Inscription obligatoire au 418-854-2399 - Les places sont limitées.

Le Centre des Femmes du Témiscouata est un organisme communautaire qui vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, par l’aide et l’entraide, l’éducation populaire et les actions collectives!

Le réseau des SADC et CAE annonce la nomination de son nouveau président

Vallier DaigleAujourd’hui, le Réseau des SADC et CAE annonce la nomination de M. Vallier Daigle à la présidence de son conseil d’administration. Il a été élu le 2 octobre dernier par les membres du conseil d’administration du Réseau composé de 12 administrateurs bénévoles représentant les différentes régions administratives du Québec.

Sa longue feuille de route est un véritable atout pour l’évolution de notre Réseau. Représentant de la région du Bas-Saint-Laurent depuis 13 ans au sein de notre conseil d’administration, et siégeant au conseil d’administration de la SADC du Témiscouata depuis plus de vingt ans, M. Daigle connaît bien les défis de notre organisation et les enjeux liés au développement économique des régions du Québec.

Ses actions et son implication auprès de différents organismes régionaux lui ont d’ailleurs valu plusieurs prix et mérites. Il détient aussi une maîtrise en gestion des organisations et un certificat en gestion des ressources humaines. Il a d’ailleurs été Directeur des ressources humaines pour le Réseau de la Santé du Témiscouata.

« C’est avec plaisir, fierté et enthousiasme que j’accepte la présidence du Réseau des SADC et CAE. Le développement économique de nos régions rurales demeure notre défi et ensemble nous continuerons de le relever, » a affirmé M. Daigle.

M. Daigle remplace M. Daniel Dumas qui a occupé la présidence durant les huit dernières années. M. Dumas a grandement contribué au bon fonctionnement de notre organisation, lui conférant aujourd’hui des bases solides, et nous le remercions sincèrement.

À PROPOS DU RÉSEAU DES SADC ET CAE
Les 67 SADC (Sociétés d’aide au développement des collectivités) et CAE (Centres d’aide aux entreprises) travaillent depuis près de 40 ans au développement économique de leur collectivité. Le Réseau des SADC et CAE compte plus de 1 000 professionnels et bénévoles qui soutiennent et financent chaque année plus de 10 000 entrepreneurs et projets de développement économique local. Les SADC et les CAE offrent aux entrepreneurs un accompagnement personnalisé et soutenu, ainsi que des produits de financement souples et adaptés à leurs besoins.

Entente de développement numérique des entreprises touristiques : davantage de projets admissibles à la mise en place d’applications numériques

Vue aérienne St Michel Squatec automne Patrick NadeauAvec le prolongement de l’Entente de développement numérique des entreprises touristiques au Bas-Saint-Laurent, l’assouplissement des critères de sélection permet d’aider davantage d’entreprises.

L’Entente de développement numérique des entreprises touristiques (EDNET) est une aide financière qui a pour but de contribuer au rehaussement de l’intensité numérique des entreprises touristiques de la région du Bas-Saint-Laurent.

 

Plus précisément, les projets doivent avoir les objectifs suivants :

• Accélérer le développement des compétences;

• Accélérer la transformation numérique;

• Accroître la vitalité de l’offre touristique.

Avec la pandémie que nous connaissons, la nécessité pour les entreprises de faire un virage numérique est de plus en plus pressante. Ainsi, l’EDNET a été prolongé jusqu’au 31 mars 2021 et recevra le dépôt de projets en continu entre le 7 er octobre 2020 et le 1 ermars 2021. De plus, dans le but d’aider davantage d’entreprises, le ministère du Tourisme a allégé les critères de sélection qui se retrouvent sur le site Internet dédié à l’industrie touristique, atrbsl.ca.

Ainsi, les clientèles admissibles jusqu’à maintenant étaient les PME et les organismes touristiques, les communautés et les nations autochtones reconnus par l’Assemblée nationale auxquelles viennent désormais s’ajouter les entités municipales incluant les municipalités régionales de comté (MRC), les organismes de services touristiques et les entreprises dont la clientèle est un regroupement d’entreprises ou d’organismes pour un maximum de deux projets provenant de ce type de clientèle par entente.

Quant aux types de projets pouvant être déposés, il y avait déjà la réalisation de cahiers de charges, l’intégration de solutions de commerce électronique, l’acquisition de logiciels et technologies pour l’adoption de meilleures pratiques en technologies de l’information, la création de contenus enrichis ou innovants et la formation des employés en lien avec les activités de mise en œuvre auxquels la refonte d’un site Internet, l’application mobile et de réalité augmentée et deux projets maximums par ATR, dont la clientèle est un regroupement d’entreprises ou d’organismes, viennent élargir l’admissibilité.

Enfin, un dernier changement va permettre à davantage d’entreprises de bénéficier de l’aide financière : pour les organismes à but lucratif (OBL), les organismes à but non lucratif (OBNL), les coopératives, les municipalités et les regroupements de clientèles, la mise de fonds minimale passe de 20 % à 10 % et le cumul des aides gouvernementales est maintenant de 90 % pour toutes les clientèles admissibles.

 

 

Crédit photo : Patrick Nadeau (Vue aérienne St-Michel-du-Squatec)

La municipalité de Saint-Athanase adopte un programme d'aide financière pour l'accès à la propriété résidentielle et l'installation de commerces ou services de proximité sur son territoire

Saint Athanase logo1Lors de sa séance ordinaire du 5 octobre2O2O, le conseil municipal de la municipalité de Saint-Athanase a adopté deux règlements prévoyant des programmes d'aide financière pour, respectivement, faciliter l'accès à la propriété résidentielle et apporter une aide financière pour les nouveaux commerces ou services de proximité qui désirent s'installer sur son territoire.

" ll s'agit de mesures importantes et exceptionnelles ayant comme objectif le maintien de la vitalité communautaire et économique de notre Municipalité en incitant les gens de l'extérieur à venir s'installer sur notre territoire et en incitant les jeunes à y demeurer. La Municipalité désire également encourager et soutenir l'installation et le maintien de commerces ou services de proximité dans notre Municipalité ", a déclaré le maire Monsieur André St-Pierre.

Ces mesures prévoient, entre autres, un remboursement de la taxe foncière pouvant aller jusqu'à une somme de 5 OOO $ à raison d'un maximum de 1O0O $ par année sur une période maximale de cinq ans, un remboursement du droit de mutation immobilière, un crédit d'installation septique avec champ d'épuration, un montant de 250 $ versé annuellement pour chaque enfant fréquentant l'école primaire des Verts Sommets, et un programme d'aide à la création d'emploi permanent.

Ces programmes d'aide financière entrent en vigueur le 1er novembre 2020 et seront valides pour une période de trois ans.

Pour plus de renseignements, consultez le site web de la Municipalité au www.saint-athanase.com, ou communiquez avec la direction générale de la Municipalité par courriel à lnfo@saint-athanase.com, ou par téléphone au 418-863-7706.

 

Saint Athanase

Source photo : Facebook Municipalité de Saint-Athanase 

"Les contes de guerre" au BeauLieu Culturel du Témiscouata

Les Contes de guerreTémiscouata-sur-le-Lac – Le conteur bas-laurentien Nicolas F. Paquin présentera son spectacle Les Contes de guerre au BeauLieu Culturel du Témiscouata le 14 novembre prochain, en collaboration avec le Centre d’archives du Témiscouata!

À force de recherches, de voyages et de rencontres avec des gens qui ont vécu la Seconde Guerre mondiale, l’écrivain Nicolas F Paquin a réuni des dizaines de faits vécus. Histoires inédites, exploits à couper le souffle, coïncidences inimaginables : son registre se compose de récits qu’il livre en maniant la langue et l’émotion pour faire passer son public du rire aux larmes. Armé de son talent de conteur, il monte à l’assaut des planches pour vous les offrir dans un spectacle alliant l’art du conte et le jeu théâtral.

Le BeauLieu Culturel du Témiscouata et le Centre d’archives du Témiscouata sont d’autant plus fiers d’accueillir Les Contes de guerre dans la foulée du Jour du Souvenir, car Nicolas consacre une partie de ses monologues à des héros du Raid de Dieppe, dont Dollard Ménard, célèbre commandant des Fusiliers Mont-Royal originaire de Notre-Dame-du-Lac.

À PROPOS DE NICOLAS F. PAQUIN

Nicolas F. Paquin a publié une dizaine de livres et a été à plusieurs reprises boursier des conseils des arts québécois et canadien. Auteur engagé, récipiendaire d’un prix Œuvre de l’année du CALQ et du prix Philippe-Aubert-de Gaspé, il consacre une large part de son travail à raconter les histoires des Québécois au cœur de la Seconde Guerre mondiale à travers différents procédés artistiques au Québec et en France.

Deux représentations auront lieu au BeauLieu Culturel du Témiscouata le 14 novembre à 13 h 30 et à 20 h. En raison de la COVID-19, le nombre de places est limité. La prévente de billets au coût de 25 $ est donc obligatoire. Vous pouvez vous procurer vos billets directement au www.blct.ca dans l’onglet programmation.

Pour informations : 418-899-2528 # 301 ou à direction@blct.ca

La MRC de Témiscouata soutient les entreprises en cette période difficile

90824404 3107710215940588 3727630716385624064 oPlusieurs commerces et services sont affectés par la pandémie de la COVID-19 et traversent une période critique. Les entreprises touchées qui ont besoin d’aide technique ou de support financier peuvent obtenir un prêt du programme « Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises ». Les gens d’affaires du Témiscouata dont les activités sont affectées par la COVID-19, peuvent obtenir jusqu’à 50 000 $, remboursable sur 3 ans.


« Actuellement, 450 000$ sont disponibles pour soutenir les entreprises du Témiscouata qui vivent plus difficilement la crise, peu importe leur taille et leur domaine d’activité. N’hésitez pas à communiquer avec le Service de développement de la MRC pour obtenir le soutien dont vous avez besoin. Nous veillerons à vous accompagner et à vous conseiller adéquatement », mentionne madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata.

 

Pour toute information concernant le programme « Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises » ainsi que les autres Fonds disponibles (mise en marché, expertise, économie sociale, jeunes promoteurs, etc.), les entrepreneurs sont invités à communiquer avec Steve Murray, coordonnateur du Service développement de la MRC de Témiscouata, au 1-877-303-6725 poste 4431.

Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent M. Bertin Denis élu à la présidence de l’organisation

Bertin Denis CRDBSLÀ la suite de l’assemblée générale annuelle du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRDBSL), le conseil d’administration annonce l’élection de M. Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques, à la présidence de l’organisation.

M. Denis se dit très fier de représenter l’organisation et de collaborer avec les préfètes et préfets de la région au développement du Bas-Saint-Laurent. « Après déjà 5 ans d’existence, le CRD gère ou coordonne près de 20 projets et mandats convenus entre les MRC du Bas-Saint-Laurent et les partenaires du milieu. Qu’il s’agisse du développement du secteur forestier, des services en travail de rue ou encore de l’entrepreneuriat, l’importance de nos actions concertées est majeure dans les communautés. Je tiens à souligner l’implication remarquable de plusieurs organisations de tous les horizons qui sont à pied d’œuvre avec le CRD et les MRC pour faire avancer des projets régionaux et relever nos défis collectifs », précise le président.

 

Rapport d’activités 2019-2020

Concertation, développement des territoires et des communautés

Profitant de l’assemblée générale, le CRD a déposé un rapport annuel précisant les mandats, projets et services qu’il dispense. Soulignons qu’au cours de la dernière année, le Projet d’expérimentation des types de rémunération des emplois en aménagement forestier a connu un départ remarquable, entre autres avec l’atteinte des objectifs de participation des travailleurs. Les travaux des partenaires de l’Alliance pour la solidarité, débutés quant à eux au cours de la dernière année, donneront lieu à la réalisation de 8 plans d’action à l’échelle des MRC et à plusieurs initiatives régionales pour contrer la pauvreté et l’exclusion. Soulignons par ailleurs qu’un Portrait stratégique de développement de la main-d’œuvre est en cours de réalisation afin de mieux anticiper les besoins de main-d’œuvre. Mentionnons que ces projets et mandats sont en lien avec les priorités 2019-2022 établies l’an dernier lors du Rendez-vous des partenaires du développement régional. Le rapport d’activités du CRD pour la période 2019-2020 est disponible au crdbsl.org.

Développer la région en cohésion

Rappelons que le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRDBSL) a pour mission de favoriser le développement de la région en assurant la concertation intersectorielle entre les acteurs régionaux et locaux du territoire. Le CRD a notamment pour mandat de réaliser des projets collectifs convenus avec les MRC, de mettre en œuvre des ententes pour et au nom des MRC, d’assurer la gestion des fonds confiés par des partenaires et d’offrir des services administratifs. Le conseil d'administration est formé des préfètes et préfets des huit MRC. Les directions générales des MRC, ainsi que deux membres désignés par la Table régionale des élu[e]s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) sont observateurs.

Randonnée et pique-nique

Centre femmes TémiscouataSaint-Louis-du-Ha! Ha! -  Le Centre des Femmes du Témiscouata vous invite à venir prendre l’air et admirer les paysages d’automne! Une randonnée, suivie d’un pique-nique au Chemin des Mille-Couleurs à Témiscouata-sur-le-Lac, quartier Notre-Dame-du-Lac.

 

Le point de rencontre est à 10 h au stationnement de l’Église de Notre-Dame-du-Lac, le mardi 13 octobre.

Apportez votre lunch, nous dinerons ensemble!

En cas de pluie, l’activité est annulée. 

Les mesures sanitaires seront appliquées et la distanciation respectée.

Merci de vous inscrire au 418-854-2399 - Les places sont limitées.

 

Le Centre des Femmes du Témiscouata est un organisme communautaire qui vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, par l’aide et l’entraide, l’éducation populaire et les actions collectives!

La région du Bas-Saint-Laurent atteint le palier orange

CISSS BSLRimouski – Alors qu’il a été annoncé hier que la région du Bas-Saint-Laurent se trouve maintenant au palier orange du système d’alertes régionales et d’intervention graduelle, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent tient à préciser à la population ce que cela signifie et quelles mesures seront conséquemment mises en place afin de ralentir la transmission du virus à compter du 1er octobre.

Rappelons que le palier 3 – Alerte (orange) introduit des mesures additionnelles en ciblant certains secteurs d’activité et milieux où le risque de transmission est jugé plus élevé. Ces secteurs font l’objet de restrictions ou d’interdictions de façon sélective.

Les paliers d'alerte sont établis par le gouvernement suivant les recommandations des autorités de santé publique, qui font une analyse régulière de la situation en tenant compte de la situation épidémiologique, du contrôle de la transmission et de la capacité du système de soins. Dans la région du Bas-Saint-Laurent, cette décision s’explique notamment par la transmission communautaire soutenue qui se transpose par des éclosions en milieu de soins et en ressource d’hébergement pour personnes vulnérables. Dans le dernier mois seulement, le nombre de cas a augmenté de 254, soit plus du triple de cas qu’enregistrait la région depuis le début de la pandémie, pour un total ce jour de 328 cas.

Pour la population et les entreprises de la région, l’atteinte du palier orange correspond à la mise en place des mesures suivantes :

- Les rassemblements privés (intérieurs et extérieurs) devront se limiter à un maximum de 6 personnes provenant de 2 ménages différents. Il est aussi important de rappeler qu’il est demandé aux québécois de limiter au maximum leurs contacts au cours des prochaines semaines.

- Le nombre maximal de personnes permis pour un rassemblement (intérieur et extérieur) dans certains lieux publics passera de 250 à 25 à l’exception de lieux possédant des places assises fixes et assignées, où les personnes sont relativement immobiles, parlent peu ou pas et sont sous supervision de personnel, par exemple, les salles de spectacles, les lieux de culte, les cinémas, etc.

- Dans les restaurants, le nombre de personnes maximal permis à une table sera de 6 provenant d’au maximum de 2 adresses. La vente d’alcool se terminera à 23 h et les établissements devront fermer à minuit.

- Dans les bars, un nombre maximal de 2 personnes par table sera permis. La vente d’alcool se terminera à 23 h et les établissements devront fermer à minuit.

- Il est dorénavant fortement recommandé d’éviter de se déplacer entre les régions.

- Dans les milieux de vie, tels que les CHSLD, les ressources privées pour aînés, les ressources intermédiaires et les ressources de type familiale, seules les visites nécessaires à des fins humanitaires et celles des proches aidants apportant une aide significative à un usager sont autorisées.

Citation :

« Le signal qui est lancé aujourd’hui aux Bas-Laurentiens, c’est un appel à la mobilisation. Le virus circule largement dans la communauté et sans la contribution de tous au resserrement des mesures sanitaires de base, nous mettons à risque non seulement la santé des personnes vulnérables, mais aussi nos milieux de soins et de vie. La situation au Bas-Saint-Laurent est sous haute tension. Dans le dernier mois seulement, nous avons recensé plus de 250 cas, ce qui est non négligeable pour une région comme la nôtre. »

Dr Sylvain Leduc, directeur régional de santé publique du Bas-Saint-Laurent

Lien connexe :

Pour plus d’information : Système d’alertes régionales et d’intervention graduelle

Le Bas-Saint-Laurent se mobilise autour de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles (SQRI)

IMA SQRI 2020 Web 525x260 1À l’occasion de la 18e Semaine québécoise des rencontres interculturelles (SQRI) qui se tiendra du 19 au 25 octobre 2020, les actrices et acteurs en immigration des huit MRC du Bas-Saint-Laurent s’unissent autour de la thématique : « Notre BasSaint-Laurent en commun, des mots qui se rencontrent ».

Dans chacune des MRC de la région, diverses activités s’adressant à l’ensemble de la population bas-laurentienne se tiendront tout au long de la semaine. Projections de films, activités dans les bibliothèques, ateliers de cuisine et expositions seront notamment proposés afin de favoriser les rencontres et le dialogue entre les cultures.

À l’échelle régionale, une activité d’écriture rassemblera virtuellement tout le Bas-Saint-Laurent. Les bas-laurentiens sont d’ores et déjà invités à envoyer un texte de leur composition ayant pour fil conducteur la diversité culturelle. Les poèmes, proses, haiku, slams et contes reçus pourront être diffusés publiquement, sur un support virtuel mais aussi dans des lieux publics du territoire. Pour accompagner les auteurs débutants, amateurs ou confirmés, le comité organisateur proposera des ateliers virtuels d’écriture durant la semaine du 5 octobre 2020. Les créations littéraires sont à transmettre via un Google Forms(https://bit.ly/32UnjDg) d’ici le 12 octobre 2020.

La SQRI vise à mettre en lumière la contribution des Québécoises et des Québécois de toutes les origines au développement et à la prospérité du Québec. Elle a aussi pour but de favoriser les rapprochements ainsi que les échanges entre ceux-ci. Soulignons que la programmation de la SQRI 2020 est rendue possible grâce au soutien financier du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration dans le cadre de son programme Mobilisation-Diversité. Précisons que ce programme a pour but d’appuyer des projets favorisant la pleine participation en français des personnes immigrantes à la société et de réunir les conditions propices à l’attraction et à l’établissement durable dans les régions du Québec.

« La Semaine québécoise des rencontres interculturelles est une occasion de rencontres et d’échanges entre Québécoises et Québécois de toutes origines. C’est un moment parfait pour tisser des liens et se mobiliser vers l’objectif commun de participer pleinement et solidairement à la vie collective québécoise. »

Mme Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

N’hésitez pas à communiquer avec les ressources en immigration de votre milieu pour découvrir ou obtenir plus d’informations sur la programmation détaillée dans votre communauté.

Le BeauLieu Culturel du Témiscouata lance son Encan virtuel en arts visuels

Loie blancheTémiscouata-sur-le-Lac – Le BeauLieu Culturel du Témiscouata (BLCT) lancera le 9 octobre 2020 son encan virtuel en arts visuels! La vente aux enchères se déroulera en continu pendant les mois d’octobre et novembre 2020, ainsi qu’en janvier et février 2021. Le tout aura lieu directement sur Facebook dans le groupe « Encan virtuel du BLCT ».

 

Chaque mois, quatre œuvres d’artistes en arts visuels seront mises en enchères successivement. Chaque enchère sera ouverte pendant six jours, soit du vendredi 12 h jusqu’au jeudi suivant à 16 h 59. Les intéressés pourront se lancer dans la course en faisant leur offre directement sous la publication de l’œuvre mise en enchères.

 

Pour le mois d’octobre, les œuvres en enchères sont :

 

- L’oie blanche (2018), par Hélène Tremblay - Impression numérique 1\10 d'une œuvre originale réalisée à l'encre aquarelle. Enchère du 9 au 15 octobre

- Promenade matinale (2019), par Diane Bouchard - Photographie animalière. Enchère du 16 au 22 octobre

- La passerelle de la rivière Touladi (2014), par Francine Viel – aquarelle. Enchère du 23 au 29 octobre

- Série oiseaux #5 (2016), par Carl Hurens – Photographie. Enchère du 30 octobre au 5 novembre

 

Le BeauLieu Culturel du Témiscouata tient à remercier la générosité des artistes et donateurs qui ont fait don de leurs œuvres pour soutenir l’accomplissement de notre mission!

Pour connaître tous les détails, rendez-vous sur le groupe Facebook « Encan virtuel du BLCT »!

 

Lieu culturel ouvert, solidaire et rassembleur, ancré dans la communauté témiscouataine, le BeauLieu Culturel du Témiscouata héberge la bibliothèque Au Fil des pages, le Musée du Témiscouata, des locaux de l’École de musique du Témiscouata et un espace café terrasse ouvert lors des événements. Une salle de spectacle multifonctionnelle permet d’accueillir des spectacles professionnels, dont ceux de la programmation offerte par Les 4 scènes.

 

Photo : L’oie blanche (2018), par Hélène Tremblay - Impression numérique 1\10 d'une œuvre originale réalisée à l'encre aquarelle.

L’Héritage des mots

119531985 3212845718813400 4512674881922585369 oSaint-Louis-du-Ha!Ha! - Le Centre des Femmes du Témiscouata t’invite à son club de lecture pour discuter bouquins, partager ton intérêt et suggérer des œuvres littéraires. Une belle occasion d’échange que t’offre ton Centre de Femmes! Animé par Sylvie Marquis et Lynn Tardif. Inscris-toi et viens nourrir ton désir d’apprendre avec nous ! Les mercredis 7 octobre, 4 novembre et 2 décembre à 13 h 15, à la Salle municipale, 95 rue Saint-Charles, Saint-Louis-du-Ha! Ha!  Une activité gratuite!

 

Les mesures sanitaires seront appliquées et la distanciation respectée.

 

Merci de vous inscrire au 418-854-2399 - Les places sont limitées.

Le Centre des Femmes du Témiscouata est un organisme communautaire qui vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, par l’aide et l’entraide, l’éducation populaire et les actions collectives!

Avoir une entreprise agricole durable, es-tu « game »?

téléchargement 123Le Club en développement durable recrute des entreprises agricoles ouvertes au changement et qui souhaitent faire autrement. Ce projet issu de partenaires gravitant dans le secteur agricole en est à sa troisième cohorte de producteurs agricoles.

Le Club DD offre une approche divisée en trois phases, « Initiation », « Consolidation » et « Leader ». Chacune d’elle donne accès aux entreprises agricoles à différents services, dont un diagnostic, de la formation, du réseautage, des visites, etc.

Avant tout, cette démarche vous permet de rencontrer des gens visionnaires qui souhaitent pratiquer une agriculture plus durable. Depuis le début, cette initiative a permis d’accompagner 21 entreprises agricoles de la région. Serez-vous de cette nouvelle cohorte?

Pour en savoir plus sur ce que le Club DD peut vous offrir, cliquez ICI.

Pour plus d’informations et inscription:

Auriane Schiewe
Élyme Conseils
Chargée de projets Synergie BSL | Club DD
Bureau : 418 723-2514 P: 228
Cellulaire : 819 239-8896
@ : aschiewe@elyme.ca

Évariste Feurtey
Élyme Conseils
Chargé de projets Synergie BSL | Club DD
Bureau : 418 723-2514 P: 226
Cellulaire : 418 750-4201
@ : efeurtey@elyme.ca

L’acériculture, la signature du Témiscouata

P49 1 AT 02 0013 RTémiscouata-sur-le-Lac – Le 14 septembre dernier, le Conseil des maires de la MRC de Témiscouata a décidé de faire de l’acériculture la signature de la région. Ce choix s’inscrit parfaitement dans son Plan de développement de la zone agricole (PDZA) et ses objectifs stratégiques. La prise de position de la MRC intervient également à un moment opportun puisque la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région, Marie-Eve Proulx, a fait l’annonce cette semaine de la création du créneau d’excellence en acériculture au Bas-Saint-Laurent. La signature témiscouataine permet d’obtenir un financement annuel de 218 000$ du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Ce financement complémentera les actions du nouveau créneau, dans l’objectif de faire de la région une référence en matière d’innovation et de développement de l’acériculture au Québec.


« L’érable est un moteur de vitalisation pour notre région. Avec l’annonce de la signature de la MRC, la création d’un créneau d’excellence en acériculture au Bas-Saint-Laurent et les efforts constants des dernières années de tous les producteurs et des intervenants, nous avons dorénavant plus de moyens pour mettre en valeur ce secteur essentiel de notre économie », explique madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata.


L’industrie acéricole au Témiscouata permet de valoriser les terres publiques et privées, de créer de l’emploi et de redynamiser des municipalités entières. L’acériculture est présente dans chacune des dix-neuf municipalités de la MRC. Forts de plus de 300 entreprises productrices de sirop d’érable, la région a une opportunité de développement unique à mettre de l’avant. La MRC de Témiscouata sera en mesure d’aider davantage les entreprises acéricoles de son territoire à mettre de l’avant leur potentiel, grâce au fonds « Signature et innovation » du gouvernement du Québec.

 

Crédit photo : Alain Tardif

Tourisme Bas-Saint-Laurent vient en aide aux entreprises touristiques d’ici

Notre Dame du Portage Mathieu DupuisTourisme Bas-Saint-Laurent est heureux d’annoncer une aide financière supplémentaire dans le cadre du Programme de soutien aux entreprises touristiques de la région.

Ce nouveau volet vise à répondre aux exigences du gouvernement du Québec relativement à l’implantation de mesures sanitaires en lien avec la pandémie actuelle. Pour ce faire, les entreprises peuvent soumettre, dès aujourd’hui, leurs projets visant la conformité de leurs établissements à ces différentes exigences. À noter que les entreprises peuvent obtenir une aide financière allant jusqu’à 5 000 $.

« Nous avons vécu une situation sans précédent qui a entrainé de nombreux défis, mais qui a su prouver à quel point l’industrie touristique bas-laurentienne est agile, créative et résiliente », de mentionner Pierre Lévesque, directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent. « Les entrepreneurs touristiques ont été proactifs et ont fait preuve d’ingéniosité dans un contexte plutôt difficile. Cette enveloppe permettra de les aider à conserver des normes sanitaires exemplaires afin de préserver la qualité de leur accueil qui a contribué, au fil des ans, à faire du BasSaint-Laurent un territoire des plus chaleureux. »

Chaque projet admissible (volet 1 – sanitaire) sera évalué selon les critères de sélection suivants :

• La pertinence touristique du projet;

• La période et la durée d’opération;

• Le respect des règles d’un ou plusieurs plans sanitaires produits par le gouvernement du Québec ou l’un de ses partenaires.

Les projets soumis doivent être structurants et contribuer à bonifier l’offre touristique de la région. Ils doivent également favoriser l’atteinte de différents objectifs dont, entre autres, la dynamisation de l’économie des régions et le développement d’une offre touristique originale, complémentaire et respectueuse du développement durable.

Ces sommes proviennent de l’Entente de partenariat régionale en tourisme (EPRT) 2020-2022, annoncée en juin dernier, par la ministre du tourisme, madame Caroline Proulx. Au Bas-Saint-Laurent, ce sont plus de 1,4 million de dollars qui seront distribués dans les 2 prochaines années par le biais du volet 1– sanitaire et du volet 3 – soutien au développement de l'offre touristique. Les critères de ce dernier volet seront annoncés au cours des prochaines semaines.

Tous les détails concernant le volet 1 – sanitaire de l’EPRT du Bas-Saint-Laurent, se trouvent dans le guide du promoteur disponible au : www.atrbsl.ca

 

Crédit photo : Mathieu Dupuis 

Deux occasions, une activité spéciale!

Affiche JN et Commémo 2020Le Centre des Femmes du Témiscouata vous invite à une activité spéciale dans le cadre de la Journée nationale des Centres de Femmes 2020 et de la Journée nationale de commémoration pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Le mardi 6 octobre toutes les femmes sont invitées dès 11 h au Centre de plein air familial Richelieu, 69 Route des Érables, quartier Cabano. Ce sera l’occasion de prendre connaissance de la nouvelle programmation du Centre, de rencontrer les membres de l’équipe et d’échanger entre Femmes. Après avoir diné ensemble, Laétitia Toanen « Les Chemins de Traverse », animera une activité toute spéciale.

Merci d’apporter votre lunch!

L’activité est gratuite.

Inscription obligatoire: 418-854-2399

* Les mesures sanitaires et la distanciation seront respectées. Merci de porter votre masque.

 

Le Centre des Femmes du Témiscouata est un organisme communautaire qui vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, par l’aide et l’entraide, l’éducation populaire et les actions collectives!

APPEL DE CANDIDATURES 2020 – BOURSES D’HONNEUR DU PLAN D’ACTION GOUVERNEMENTAL EN ENTREPRENEURIAT 2017-2022

logo mei

L’entrepreneuriat représente un élément clé pour soutenir la compétitivité du Québec, favoriser sa croissance économique et y accroître les possibilités d’emploi. C’est dans ce contexte que le Plan d’action gouvernemental en entrepreneuriat (PAGE) 2017-2022, dévoilé le 23 mars 2018, est guidé par la vision d’un Québec où la culture de création d’entreprise et les valeurs qui y correspondent sont pleinement intégrées et où tous les individus qui ont un potentiel entrepreneurial sont outillés pour réussir leur projet. La concrétisation de cette vision sera notamment possible grâce à l’octroi de bourses d’honneur destinées à des entrepreneurs qui développent une entreprise. Par ailleurs, il importe de soutenir l’innovation pour favoriser la croissance de nouvelles entreprises et multiplier les occasions d’affaires.

 

Voici le guide de présentation des demandes et la fiche d'inscription :

pdfBourses_guide.pdf

pdfformulaire_appel_bourses_honneur_4.pdf

 

Voici le lien pour tous les détails :  Bourses d’honneur MEI 

 

Mise au point de la santé publique sur la situation de la COVID-19 au Bas-Saint-Laurent

cisss bsl pdg resize 1Bien que la région du Bas-Saint-Laurent demeure au niveau préalerte (jaune), la situation demeure fragile dans plusieurs MRC du territoire. Le directeur régional de la santé publique, le Dr Sylvain Leduc, constate depuis la fin de semaine dernière une recrudescence de la transmission de la COVID-19, plus particulièrement dans les MRC du Témiscouata et de Rivière-du-Loup. Des rassemblements où la distanciation sociale n’était pas respectée l’incitent à lancer un appel à la vigilance pour toutes les personnes de ces MRC ayant participé à l’un de ces rassemblements (où la distanciation sociale n’était pas respectée), entre le 7 et le 21 septembre. Ces personnes sont invitées à surveiller étroitement leurs symptômes (fièvre, toux, difficultés respiratoires et perte de l’odorat) et à prendre rendez-vous pour un test de dépistage au besoin.

La région dénombre aujourd’hui 265 cas, dont 129 cas actifs. Pour le moment, les milieux de vie des personnes vulnérables sont préservés du virus : « Nous devons poursuivre nos efforts pour limiter autant que possible la circulation de la COVID-19 auprès des personnes les plus à risque. Pour l’heure, le nombre de cas hebdomadaires pourrait nous laisser croire que la situation se stabilise. Toutefois, nous constatons de plus en plus que le virus circule en dehors du groupe initialement happé, soit les 18-35 ans. Ce n’est pas le temps de baisser la garde, il faut maintenir nos efforts. », explique le Dr Leduc.

Appel à la vigilance ciblé - Le Buffet du Dragon

À la lumière des dernières enquêtes épidémiologiques, la Direction de la santé publique lance aujourd’hui un appel à la vigilance ciblée pour le restaurant Le Buffet du Dragon de Rivière-du-Loup. Il est ainsi demandé aux personnes ayant fréquentés ce restaurant, du 7 au 17 septembre, d’observer attentivement l’apparition de symptômes de la COVID-19 : fièvre, toux, difficultés respiratoires et perte de l’odorat, et ce, au cours des 14 jours suivant leur visite. Si des symptômes devaient se manifester, il leur est demandé de prendre un rendez-vous pour un test de dépistage en appelant à la ligne 1 877 644-4545.

Résultat du dépistage massif au sein de l’entreprise Aliment Asta

Le dépistage massif entrepris vendredi le 18 septembre auprès des quelque 450 employés de l’entreprise Aliment Asta de Saint-Alexandre-de-Kamouraska s’est conclu ce samedi. La Direction de la santé publique confirme que tous les résultats de tests de cet exercice sont négatifs. Elle tient également à souligner la collaboration de l’entreprise pour le dépistage et la mise en place des mesures pour limiter la propagation de la COVID-19.

À propos du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent est un établissement qui a pour mission de maintenir, améliorer et restaurer la santé et le bien-être de la population bas-laurentienne en rendant accessible un ensemble de services de santé et de services sociaux, intégrés et de qualité, contribuant ainsi au développement social et économique du Bas-Saint-Laurent. Avec un budget de l’ordre de 800 M$, le CISSS emploie quelque 7850 employés, peut compter sur 568 médecins, dentistes et pharmaciens et des centaines de bénévoles qui ont à cœur les soins et services à la population ainsi que les valeurs de l’établissement, soit la collaboration, l’humanisation, l’engagement et la responsabilisation.

La MRC de Témiscouata adopte son « Plan de développement de la zone agricole » révisé

 MG 5192 tracteurs MJDphoto lowLa MRC de Témiscouata a adopté le 14 septembre dernier, son Plan de développement de la zone agricole (PDZA) révisé. Ce document, issu d’un travail de concertation et de collaboration régionale, énonce la vision du développement agroalimentaire des élus de la MRC pour les cinq prochaines années. Basé sur un portrait précis de ce secteur d’activité, un constat partagé par les partenaires et assorti d’un plan d’action bien étoffé, le PDZA met la table pour l’agroalimentaire témiscouatain.

« Nous pouvons être fiers du travail accompli pour définir une vision commune de notre développement agricole et agroalimentaire. Le PDZA est un outil important pour l'avenir économique de la région. Le Témiscouata a tout un potentiel qui ne demande qu’à être exploité! Nous désirons que cette vision élargie de la question agricole mette en évidence ces opportunités et qu’elle soit un tremplin pour l’innovation, au bénéfice de l'occupation dynamique du territoire. », indique le préfet de la MRC de Témiscouata, madame Guylaine Sirois.

Le plan révisé doit s’adapter à plusieurs nouvelles réalités, notamment au dernier guide alimentaire canadien et à la première Politique alimentaire du Canada. La MRC de Témiscouata et ses partenaires souhaitent mettre à l'avant-plan la multifonctionnalité de l'agriculture, c’est-à-dire sa contribution économique, sociale et environnementale à la qualité de vie des communautés.

La MRC remercie ses partenaires et ses collaborateurs : le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), l'UPA du Bas-Saint-Laurent, la Financière agricole, le Service d'Aide au Développement de la Collectivité du Témiscouata (SADC), Ferti-conseil ainsi que toutes les personnes impliquées au comité de suivi.

Vous pouvez consulter le document complet à l’adresse suivante : https://www.mrctemiscouata.qc.ca/pdza

 

Crédit photo : Marie-Josée Dubé

 

Nomination de la présidente-directrice-générale Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie

port rimouski armandLe président du conseil d’administration de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, monsieur Gaétan Lelièvre, est heureux d’annoncer la nomination de madame Anne Dupéré au poste de présidente directrice générale de la Société. Le tout fait suite à un processus de recrutement rigoureux réalisé par le conseil d’administration. Elle entrera en fonction le 28 septembre prochain.

Le parcours professionnel de madame Dupéré dans le développement des affaires au sein d’entreprises privées et publiques lui ont permis d’acquérir des compétences multidisciplinaires en développement économique et en gestion de projets.

« La future PDG connaît très bien les acteurs ainsi que les particularités et les défis des régions Bas-Saint-Laurent et Gaspésie car elle y œuvre depuis plusieurs années. » mentionne le président du conseil d’administration, monsieur Gaétan Lelièvre.

Monsieur Lelièvre rappelle que le Gouvernement du Québec, par l’entremise du Ministère des Transports du Québec et du Ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, a mandaté cette nouvelle société pour gérer et développer les ports de Gaspé, Matane, Rimouski et de Gros-Cacouna.

Le conseil d’administration de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, appuyé par sa PDG, maintiendra une communication étroite avec les acteurs de chaque collectivité pour assurer le développement des ports, dans une perspective de complémentarité et de diversification économique.