La MRC de Témiscouata
Une modification importante des habitudes de la SHAT pour lutter contre la COVID-19

shatLa Société d’histoire et d’archéologie du Témiscouata (S.H.A.T.) a la responsabilité morale de protéger les gens qui visitent ses installations. Pour ce faire, elle se doit de respecter le Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour les institutions muséales et les bibliothèques – COVID-19 de la CNESST. Ainsi, la SHAT ajoutera, entre autres, une nouvelle signalisation pour la circulation et une série de stations de désinfectant à mains. Notez que, jusqu’à nouvel ordre, la CNESST ne permet pas aux musées d’offrir des visites guidées. Cela étant dit, les guides-animateurs du Fort Ingall seront présents sur les lieux des expositions pour informer les visiteurs sur le site historique pour la haute saison, qui débutera à la Saint-Jean-Baptiste. Les guides auront aussi comme responsabilité de limiter le nombre de visiteurs à l’intérieur de chacun des bâtiments pour respecter les normes de distanciation physique. Vous pouvez déjà visiter le Fort Ingall depuis le 1er juin à un tarif réduit pour la basse saison. Visitez notre site Internet pour plus de détails sur les horaires et les tarifs du Fort Ingall.

Notez qu’il est impossible pour la SHAT de permettre les rassemblements à l’intérieur du Fort Ingall. Cela signifie que le service de location de salle sera temporairement suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le service d’hébergement historique sera lui aussi suspendu jusqu’à nouvel ordre, selon les conseils de la santé publique du Bas-Saint-Laurent.

La SHAT tient à informer ses membres qu’elle ne pourra pas tenir son assemblée générale annuelle (AGA) à la date habituelle. Le Conseil d’administration tentera de faire une AGA en personne au mois de septembre 2020 et, dans le cas où cela serait impossible, elle aura lieu en ligne à l’automne 2020. Néanmoins, la SHAT mettra en ligne, sur son site Internet, son rapport d’activités pour l’année financière 2019-2020 dès le 17 juin.

La revue Témiscouata

Un numéro spécial inédit de la revue Témiscouata, écrite par monsieur Maurice Beauchamp, révisée par madame Nikole Dubois et éditée par le personnel de la SHAT, fait un retour en force cette année avec un grand dossier présentant les trouvailles les plus récentes sur les familles fondatrices du Témiscouata. La revue sera disponible le 17 juin sur Amazon.ca pour un montant de 5 $ +taxe et sera envoyée gratuitement via courriel aux membres de la SHAT.

Pour plus d’information sur les activités de la SHAT, visitez le www.fortingall.ca ou le www.museedutemiscouata.ca. Pour communiquer avec la Société d’Histoire et d’Archéologie du Témiscouata, merci de nous contacter par téléphone au 418 854-2375, par courriel au info@fortingall.ca, par la page Facebook du Fort Ingall ou la page Facebbok du Musée du Témiscouata.

Fermeture des toilettes publiques dans l’emprise de la piste cyclable

2681FRLa Corporation d’aménagement du lac Témiscouata et de la rivière Madawaska Inc. désire informer les utilisateurs du Parc linéaire interprovincial Petit Témis qu’en ces temps de pandémie de la COVID-19 et afin de respecter les consignes de la Santé publique; toutes les toilettes situées dans l’emprise de la piste cyclable à partir de la Route 232 à Témiscouata-sur-le-lac, secteur Cabano jusqu’à la frontière du Québec à Ville Dégelis, seront fermées au public jusqu’à avis contraire. Il est donc conseillé de planifier vos déplacements à vélo et à pied tout en prévoyant respecter les consignes sanitaires pour tous, émises par la Santé publique du Québec.

Afin de protéger la population, le gouvernement du Québec interdit les grands rassemblements intérieurs et extérieurs. (Tiré du site internet de www.quebec.ca / Lieux publics / 20-05-22

Le Parc linéaire interprovincial Petit Témis … un bien commun à respecter !

2613FRLa Corporation d’aménagement du lac Témiscouata et de la rivière Madawaska Inc. désire informer la population que suite à une inspection-terrain qui a eu lieu dernièrement sur le Parc linéaire interprovincial Petit Témis à partir de la Route 232 à Témiscouata-sur-le-lac, secteur Cabano jusqu’à la frontière du Québec à Ville Dégelis; nous avons malheureusement constaté que la surface de roulement a été grandement détériorée par la circulation de véhicules non-autorisés et ce depuis la fermeture de la piste cyclable à l’automne dernier.

Il est à noter que depuis deux ans, des investissements majeurs en provenance de divers paliers gouvernementaux, d’associations et d’organismes sans but lucratif ont été injectés dans la réfection de la piste cyclable. Il est malheureux de remarquer qu’une minorité de gens irrespectueux ont endommagé la surface de roulement du parc qui est utilisé par les familles, enfants et adultes autant cyclistes que piétons qui ont à coeur la pérennité du Parc linéaire.

La ministre Marie-Eve Proulx se réjouit des projets qui permettront à 1 240 foyers du Bas-Saint-Laurent d’avoir accès à Internet haut débit

image4c4d06 002La ministre déléguée au Développement économique régionale et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Mme Marie-Eve Proulx, se réjouit des projets retenus au terme de l’appel de projets Régions branchées, lesquels permettront l’accès à des services Internet haut débit de qualité et à un prix comparable à ceux proposés en milieu urbain à 1 240 foyers de la région du Bas-Saint-Laurent.

En tout, 66 projets répartis dans 11 régions du Québec ont été sélectionnés dans le cadre de cet appel de projets. Ceux-ci donneront accès à un service Internet haut débit à plus de 60 000 foyers. La contribution gouvernementale versée pour permettre la réalisation des projets est estimée à 150 millions de dollars.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Fitzgibbon, en a fait l’annonce aujourd’hui en compagnie du député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse), M. Gilles Bélanger.

L’appel de projets Régions branchées vise à accélérer l’implantation d’infrastructures de télécommunications dans les zones partiellement desservies. Les promoteurs devront d’ailleurs livrer leurs projets au plus tard le 30 juin 2022.

Le gouvernement s’est engagé à ce que tous les projets permettant de fournir un accès à Internet haut débit à l’ensemble des foyers québécois soient réalisés ou en voie de l’être d’ici 2022. L’appel de projets Régions branchées constitue le premier volet du plan de déploiement pour atteindre cet objectif.

Les deux autres volets de ce plan sont :
• l’appui du gouvernement du Québec aux promoteurs de projets déposés dans le cadre de l’appel de projets du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), lequel se terminera le 1erjuin prochain;
• l’appel de projets réalisé conjointement par le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral, qui sera lancé au cours de l’été 2020.

Citations :
« Il est primordial que tous les citoyens et les entreprises du Québec aient accès à une connexion Internet haut débit afin de prendre part à l’économie du 21e siècle. La pandémie que nous vivons actuellement et l’isolement social qui en découle illustrent encore plus l’importance de prioriser ce grand chantier collectif. Offrir l’accès à un service Internet haut débit performant à l’ensemble de la population prend tout son sens lorsque les Québécois en dépendent pour travailler de la maison, obtenir des services de télésanté, poursuivre leurs études ou même faire leur épicerie. Toutes les entreprises du Québec doivent aussi pouvoir compter sur l’accès à ce service afin de demeurer compétitives et innovantes. Les 66 projets retenus au terme de l’appel de projets Régions branchées permettront d’offrir l’accès à une connexion Internet haut débit à plus de 60 000 foyers, et nous en sommes fiers. Je peux vous assurer que nous continuons à travailler fort pour brancher tous les foyers québécois à ce service des plus essentiels. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière

« Je suis très fier de cette annonce : nous avons travaillé fort pour mieux connaître les besoins des régions et contribuer activement à la poursuite du déploiement des services d’Internet haut débit dans nos communautés rurales et semi-rurales. En investissant dans l’implantation d’infrastructures numériques hors des grands centres, le gouvernement du Québec favorise l’énorme potentiel économique des régions tout en réduisant considérablement les écarts qui persistent entre les milieux urbain et rural. Nos façons de faire se transforment dans plusieurs domaines, comme l’éducation, la santé et le tourisme, ainsi que dans le monde des affaires. Grâce à cette annonce, nous permettrons non seulement à davantage de citoyens, d’entreprises et d’étudiants de participer pleinement à la révolution numérique, mais également à toutes les régions du Québec d’agir comme de véritables moteurs économiques. »

Gilles Bélanger, député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse)

« En 2020, l’accès à un service Internet haut débit est indispensable à l’essor d’une économie régionale prospère et à la vitalité des communautés. D’autant plus que dans un contexte de crise sanitaire comme celui de la COVID-19, une connexion Internet haut débit n’est pas un luxe, mais bien une nécessité. Le numérique est essentiel pour communiquer, s’informer, innover, apprendre, développer des affaires et bâtir des collectivités fortes. Il va sans dire que les projets retenus ont le potentiel de donner un nouveau souffle à toute la région du Bas-Saint-Laurent en contribuant à son rayonnement et à son attractivité. »

Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

« Le dévoilement des projets retenus au terme de l’appel de projets Régions branchées marque une nouvelle étape dans la réalisation d’un engagement important de notre gouvernement : assurer un accès à des services Internet haut débit dans toutes les régions du Québec. Elles sont des endroits tout aussi dynamiques et attrayants que les milieux urbains et doivent prendre part à la transition vers une économie numérique. L’accès à Internet haut débit dans de nombreux foyers et entreprises du comté de Rivière-du-Loup–Témiscouata permettra à davantage de citoyens d’y participer et de se réaliser. »

Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup–Témiscouata

Faits saillants :
• À la fin de 2016, on estimait à 340 000 le nombre de foyers en milieu rural qui étaient mal ou non desservis.
o La réalisation accélérée du programme Québec branché permettra d’offrir un accès à Internet haut débit à quelque 110 000 foyers québécois, au plus tard le 31 mars 2021.
o L’appel de projets Régions branchées permettra à environ 60 000 foyers d’obtenir un accès à Internet haut débit d’ici le 30 juin 2022.
o Environ 50 000 foyers devraient disposer d’un accès grâce au programme du CRTC (Fonds pour la large bande) dont l’appel de projets se termine le 1er juin 2020.
o On estime que 120 000 foyers seront branchés grâce à l’appel de projets conjoint entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral, qui sera lancé cet été.
• L’accès pour tous à une connexion d’au moins 50 Mbps de téléchargement et 10 Mbps de téléversement, ainsi qu’à un forfait de données illimitées, constitue aujourd’hui la norme du CRTC.
• Pour accélérer le déploiement de services d’accès à Internet haut débit dans tous les foyers du Québec, une table de coordination réunissant Hydro-Québec, Bell Canada, Télébec, TELUS et le ministère de l’Économie et de l’Innovation a été formée. Cette table vise notamment à accélérer le traitement des demandes d’accès aux infrastructures de soutènement de télécommunications logées par des tiers autres que ces propriétaires.
• La liste des MRC dans lesquelles au moins un projet a été retenu au terme de l’appel de projets Régions branchées est disponible sur le site Web du ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Lien connexe :
Pour recevoir en temps réel les communiqués de presse du ministère de l’Économie et de l’Innovation, inscrivez-vous au fil RSS approprié au www.economie.gouv.qc.ca/rss.

Ministère de l’Économie et de l’Innovation sur les réseaux sociaux :
Twitter : twitter.com/economie_quebec
Facebook : www.facebook.com/EconomieQc
LinkedIn : www.linkedin.com/company/économie-québec
YouTube : www.youtube.com/user/MDEIEQuebec

La Société d’histoire et d’archéologie du Témiscouata en mouvement cet été

shatUne palissade à remonter !

La société d’histoire et d’archéologie du Témiscouata (S.H.A.T.) est fière d’annoncer que les travaux de restaurations et d’évaluations de la palissade tombée lors des grands vents du 1er novembre dernier auront lieu au mois de juin. L’évaluation des poteaux maîtres est importante pour le futur du Fort Ingall, puisqu’elle permettra à la SHAT de connaitre l’ampleur des travaux à réaliser sur la palissade dans les prochaines années. La SHAT tient à remercier l’implication financière de la population, le support financier de la MRC de Témiscouata et l’aide technique de la ville de Témiscouata-sur-le-Lac.

Témiscouata : synthèse historique, maintenant offerte en ligne

La synthèse historique du Témiscouata, écrite par Monsieur Christian Pelletier et publié par la SHAT en 2001, rentre dans l’ère numérique ! En effet, à partir d’aujourd’hui, vous pourrez vous procurer, pour un prix moindre, cet ouvrage en format électronique sur le site canadien d’Amazon.

Des conférences historiques

La SHAT est heureuse d’inviter toute la population sur sa page Facebook pour faire l’écoute de ses conférences. Deux conférences seront présentées sous peu.

Le 28 mai à 19 h — La vie des soldats du Fort Ingall en 1839
Le 11 juin à 19 h — Grey Owl

Notez que vous pouvez écouter les deux premières conférences, l’une sur l’histoire institutionnelle de la SHAT et l’autre sur la reconstitution historique, sur les médias sociaux de la SHAT !

Ouverture du Fort Ingall

La SHAT tient à informer la population qu’elle ouvrira les portes du Fort Ingall dès que le gouvernement du Québec jugera la situation comme étant convenable pour la réouverture du milieu culturel. Elle utilisera les recommandations des normes du travail et du gouvernement du Québec pour garantir la sécurité de ses visiteurs et de ses employés.

Pour plus d’information sur les activités de la SHAT, visitez le www.fortingall.ca ou le www.museedutemiscouata.ca. Pour communiquer avec la Société d’Histoire et d’Archéologie du Témiscouata, merci de nous contacter via téléphone au 418-854-2375, via courriel au info@fortingall.ca ou via la page Facebook du Fort Ingall ou la page Facebbok du Musée du Témiscouata.

Réouverture partielle du territoire du parc national du Lac-Témiscouata... des retrouvailles naturelles attendues et sécuritaires!

parcToute l’équipe du parc national du Lac-Témiscouata est fébrile à l’idée d’accueillir à nouveau des visiteurs à partir du 20 mai. Dans le cadre de cette réouverture progressive, il est important de rappeler que l’achat des droits d’accès devra obligatoirement se faire en ligne afin favoriser la distanciation et une expérience sécuritaire pour tous en ces temps particuliers.

Dès 8 h, mercredi, les amoureux de plein air de la région pourront renouer avec leurs sentiers de randonnée pédestre préférés, dont le sentier de la Montagne-du-Fourneau, parcourir le sentier de vélos Grey-Owl ou taquiner le poisson sur les lacs Touladi en s’offrant une journée de pêche. Ces activités qui peuvent toutes se pratiquer en autonomie, permettront aux visiteurs de communier avec des paysages d’une beauté exceptionnelle. L’éventail d’activités sera élargi selon l’évolution de la situation et des autorisations de la santé publique. 

« Nous avions hâte de partager à nouveau notre magnifique territoire. Nous avons travaillé fort au cours des dernières semaines afin d’assurer une réouverture sécuritaire pour les employés et les visiteurs. La collaboration de tous sera au coeur de la réussite de cette première phase de réouverture », a déclaré Denis Ouellet le directeur du parc national du Lac-Témiscouata.

Ces retrouvailles tant attendues permettront une reconnexion à la nature et à ses nombreux effets positifs sur la santé physique et mentale (moins de stress, moins d’anxiété, meilleure concentration, meilleur sommeil). Des bienfaits particulièrement appréciables en ces temps de confinement prolongé.

Pour bien planifier sa visite 

Trois éléments clés sont à retenir en vue de la réouverture progressive du parc national du Lac-Témiscouata :

· L’achat du droit d’accès devra obligatoirement se faire en ligne. L’argent comptant ne sera pas accepté. Pour se procurer un droit d’accès : https://www.sepaq.com/fr/reservation/parcs-nationaux/acces-quotidien. Pour se procurer un droit d’accès pour la pêche à la journée, contacter à l’avance le parc au 418 855 5508.

· Une page web mise à jour régulièrement et entièrement dédiée à l’offre disponible selon l’établissement, aux meilleurs comportements à adopter et aux mesures sanitaires prises par la Sépaq peut être consultée au https://www.sepaq.com/covid-19.

· Pour l’instant, aucun bâtiment de services ne sera accessible, incluant les salles de toilette. Une bonne planification de sa visite et une responsabilisation de chacun envers le respect des consignes de santé publique feront de ce retour à la nature dans un environnement sécuritaire un grand succès pour tous.

Nomination à la direction générale du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent

Melodie Mondor CRDBSL DGmai2020Le président du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent, M. Francis St-Pierre, est heureux d’annoncer la nomination de Mme Mélodie Mondor à la direction générale de l’organisation.

Détentrice d’un baccalauréat en communication et ayant poursuivi des études supérieures en service social, Mme Mondor possède une expertise en analyse de politiques publiques, en développement social et en gestion de projet. Au cours des 15 dernières années, elle a notamment coordonné et administré des démarches de concertation tout en travaillant au déploiement de nombreux projets collectifs, particulièrement au sein de l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent ainsi qu’à la Démarche COSMOSS. « Le parcours professionnel de Mme Mondor, sa connaissance du milieu et son expérience en mobilisation des communautés représentent des atouts importants pour le CRD, dont la mission est de gérer des mandats qui impliquent la concertation et l’adhésion de plusieurs partenaires autour d’enjeux communs », souligne M. St-Pierre.

Originaire de Montréal, Mme Mondor s’est établie en 2006 dans la région. Elle souhaite apporter une contribution significative au développement territorial bas-laurentien grâce au rôle d’arrimage intersectoriel que joue le CRD. « Je me sens privilégiée de contribuer à l’émergence et à la mise en valeur de partenariats régionaux afin de soutenir l’ensemble des axes de développement de nos communautés. Le CRD a la chance de pouvoir s’appuyer sur un conseil d’administration engagé et une solide équipe de professionnels afin de réaliser les mandats qui lui sont confiés. Avec l’équipe en place, je souhaite favoriser la synergie entre les acteurs afin de relever les défis que doivent relever nos communautés. Je crois profondément à l’importance de la collaboration entre les MRC, les acteurs du milieu et les membres de la société civile », précise Mme Mondor.

Parmi les mandats confiés au CRD, mentionnons le développement du transport collectif, l’attractivité de la région, la valorisation des emplois forestiers, la lutte à la berce du Caucase, la coordination des tables de gestion intégrée des ressources et du territoire (GIRT), des services en travail de rue et de l’Alliance pour la solidarité Bas-Saint-Laurent. Rappelons que le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent est un organisme de développement et de concertation qui a pour mandat de réaliser des projets collectifs convenus avec les MRC ainsi que d’assurer la gestion de fonds confiés par des partenaires. Pour en savoir plus : www.crdbsl.org.

Métro mon épicier de Cabano organise une grande collecte de contenants consignés le 23 mai

Grande CollecteMétro mon épicier de Témiscouata-sur-le-Lac (quartier Cabano) tiendra une grande collecte de contenants consignés ce samedi 23 mai prochain de 9h00 à 15h00 dans son stationnement. Tout l’argent amassé lors de cette journée sera remis à trois organismes soit l’Association du baseball mineur du Témiscouata (ABMT), le Ballon sur glace (BSG) mineur du Témiscouata et l'Autre-Toit du KRTB. Prendre note qu'il y aura sur place des stations de bouteilles, de cannettes et de contenants de plastique.

Avec la collaboration d’employés de Métro, des bénévoles de l’ABMT et du BSG mineur du Témiscouata seront sur place samedi prochain pour accueillir la population et ainsi ramasser et faire le tri des contenants consignés.

«L’ABMT et le BSG mineur du Témiscouata souhaitent remercier le propriétaire du Métro mon épicier de Témiscouata-sur-le-Lac, monsieur Vincent Guay, de son initiative, car il sera plus difficile de tenir des activités de financement au cours des prochains mois» de conclure les présidents respectifs de chaque organisme sportif, Eric Dion et Alain Dugas.

Levée des contrôles routiers au Bas-Saint-Laurent

logoÀ l’approche de la date du 18 mai et suite à la conférence de presse du Directeur régional de la Santé publique, le Dr Sylvain Leduc, la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) prend acte des diverses positions exprimées, notamment celle du maintien de l’échéancier pour la levée complète des contrôles routiers et celle du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CISSS du Bas-Saint-Laurent qui demande le maintien intégral des contrôles tant que les six critères pour un déconfinement sécuritaire de l’Organisation mondiale de la Santé ne seront pas tous atteints.

« Au cours des dernières semaines, les élus de la région ont relayé aux autorités de la Santé publique et au gouvernement du Québec les appréhensions de la population bas-laurentienne face à la levée des contrôles routiers restreignant l’accès au territoire, plus particulièrement à La Pocatière, en insistant pour que toutes les mesures soient prises pour assurer la santé et la sécurité de nos concitoyennes et concitoyens. C’est cette préoccupation qui doit continuer à guider nos actions pour la suite des choses », analyse Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

« Le 8 mai dernier, la majorité des membres de la Table s’était prononcée en faveur de retarder l’ouverture de la région à l’Ouest, si la situation sociosanitaire québécoise n’était pas davantage maîtrisée. Le message reste le même et nous demandons aux intervenants de faire preuve d’extrême prudence quand il s’agit de prévenir l’apparition de nouvelles zones chaudes, notamment là où on compte un grand nombre d’aînés, comme c’est le cas au Bas-Saint-Laurent », a pour sa part déclaré Bruno Paradis, préfet de la MRC de La Mitis et membre de l’exécutif de la TREMBSL.

Advenant le cas où les contrôles seraient levés lundi prochain, l’ensemble des membres de la TREMBSL s’engagent à soutenir les mesures de protection qui permettront de diminuer la propagation du virus.

« Il faut d’abord rappeler que les déplacements non essentiels sont toujours déconseillés, et ce, à la grandeur du Québec. On demande donc au gens de respecter cette règle de base pour éviter la contagion dans les régions peu affectées et, même, d’une ville à l’autre. La Sûreté du Québec a le pouvoir d’intervenir si des déplacements non essentiels sont effectués », souligne M. Lagacé. « Et pour les gens qui seraient appelés à circuler entre les régions, que ce soit pour s’installer au Bas-Saint-Laurent ou qui reviennent à la maison après un séjour à l’extérieur, nous les invitons à suivre scrupuleusement les recommandations de la Santé publique, soit de faire leurs provisions à l’extérieur de la région et d’observer une quarantaine de 14 jours. Enfin, nous continuerons, comme nous l’avons toujours fait, à informer et sensibiliser notre population sur l’importance de respecter les mesures de précaution, comme de se laver régulièrement les mains, de ne pas faire de rassemblement, de garder une distance de deux mètres entre les personnes et, comme l’indique désormais la Santé publique, de porter un couvre visage lorsque la distanciation physique est difficile ou impossible », conclut-il.

La Fondation de la santé du Témiscouata fait un don de 20 000$ aux banques alimentaires de sa région

fondationLa pandémie COVID-19 que nous vivons actuellement exerce une pression considérable sur les services de banques alimentaires de notre région et nous sommes conscients de leurs inquiétudes. Grâce à l’initiative des médecins du Témiscouata à laquelle s’est ajouté la générosité d’employés du réseau de santé local, un montant de 15 000$ dédiés aux banques alimentaires de notre territoire a été amassée.

Parce l’essence même de notre mission est la santé, et que la sécurité alimentaire en est la base, la Fondation de la santé du Témiscouata a donc décidé d’ajouter un don de 5 000$ à la somme déjà amassée afin de pouvoir remettre un montant total de 20 000$ aux organismes d’aide alimentaire du Témiscouata; nous espérons ainsi pouvoir les aider à répondre aux immenses besoins de leur milieu.

Nous sommes fiers de pouvoir contribuer à améliorer le sort des gens touchés par cette situation et nous croyons que par nos efforts collectifs, nous parviendrons à passer à travers cette épreuve.

Solidarité, entraide, protection!

Masques1 002Afin de répondre aux demandes du gouvernement en termes de protection de la population : l’équipe de la Braderie, ainsi qu’une douzaine de bénévoles (coupe de tissus, couturières, etc.) ont mis la main à la pâte pour confectionner plus de 600 masques (en plus de 1200 en commande). Toute cette opération servira à protéger la population du Transcontinental (personnel scolaire, municipal, entreprises, etc.), en plus de soutenir l’organisme dont les opérations sont affectées par la crise de la COVID-19.

Nous tenons à spécifier que nous parvenons à confectionner les masques à partir des dons reçus à la Braderie (tissus ou vêtements, élastiques, etc.) ainsi qu’avec certains éléments neufs. Toutefois, les élastiques étant en forte demande, donc rares, notre couturière a eu l’idée d’utiliser du lycra de maillot de bain. « Cela fonctionne merveilleusement bien. » affirme Jane Breton, directrice générale du Regroupement Acti-familles. « Continuez de donner, ça nous est très utile, d’autant plus en cette période pandémie » ajoute-elle. Si vous désirez vous impliquer dans le projet de confection de masques, téléphonez aux bureaux d’Acti-Familles (418 893-5389) ou contactez l’équipe via la page Facebook de la Braderie.

Acti-Familles est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de soutenir les parents en tant que premiers éducateurs de leurs enfants et de les accompagner dans l’enrichissement de leur expérience parentale. L’organisme oeuvre également à l’amélioration des conditions de vie des familles : éducation, prévention et information ; comptoir vestimentaire ; animation et divertissement ; soutien et accompagnement ; écoute, échange et entraide.

Le Centre des Femmes du Témiscouata demeure là pour vous!

centre femmesLe Centre des Femmes du Témiscouata demeure là pour vous selon son horaire habituel du lundi au jeudi de 9h à 16h ! En rotation pour assurer une présence au Centre, les travailleuses du Centre maintiendront le service d’écoute téléphonique et de référence et feront le suivi des messages. Donc, n’hésitez pas à téléphoner au 418-854-2399 si vous en ressentez le besoin ou pour nous informer de situations difficiles vécues observées.

Selon les recommandations du gouvernement, les activités prévues à notre programmation sont annulées, et ce jusqu’à l’annonce de nouvelles mesures gouvernementales. Suivez-nous sur Facebook!


Merci de votre compréhension.
Nous espérons vous revoir très bientôt !

L’équipe du Centre des Femmes du Témiscouata

La ville de Pohénégamook poursuit les investissements pour le développement des ses entreprises

villeLa Ville de Pohénégamook amorce les réflexions afin de présenter la nouvelle mouture de son programme d’incitatifs fiscaux 2020-2024, en vue d’assurer le développement, la croissance et le rayonnement des entreprises de son territoire.

Soucieuse de la vitalité de ses commerces et industries, l’administration municipale souhaite se doter d’un nouveau programme adapté aux besoins et attentes de ceux-ci. À cet effet, un sondage fut réalisé auprès des gens d’affaires en mars, permettant de cerner les principaux enjeux auxquels sont confrontés ses entrepreneurs. Une attention particulière sera également portée aux difficultés soulevées dans le contexte de la COVID-19. Une analyse des meilleures pratiques de programmes de diverses municipalités à l’échelle de la province a d’ailleurs été réalisée, par l’entremise de M. Sébastien Ouellet, agent de développement économique à la Corporation de développement économique du Transcontinental (CODET).

Rappelons que le programme d’incitatifs fiscaux 2015-2019 de la Ville de Pohénégamook a permis une aide financière évaluée à environ 171 670 $ pour les entreprises sises sur son territoire. Celui-ci, comportant trois volets, avait pour but de favoriser l’implantation de nouveaux commerces, de faciliter la construction ou la rénovation d’infrastructures industrielles ou commerciales ainsi que d’encourager la mise en valeur des commerces déjà établis. Une quinzaine d’entreprises ont pu bénéficier de ce soutien financier.
Le bilan de ce programme fut présenté dans le cadre d’un 5 à 7 tenu le 11 mars dernier, réunissant une trentaine de gens d’affaires à la Forteresse de la Rive. Cet événement fut notamment l’occasion de favoriser le réseautage entre différents acteurs du développement économique de la municipalité et de discuter de l’avenir du programme.

La Ville de Pohénégamook est fière du dynamisme de son milieu des affaires et elle est déterminée à jouer un rôle de premier plan dans la relance des activités économiques suite à la COVID-19.

P.J. : Photo des représentants de quatre entreprises ayant bénéficiées de l’aide financière accordée par le programme d’incitatifs 2015-2019 accompagnés de M. Simon Grenier, directeur général de la Ville de Pohénégamook et de Mme Louise Labonté, mairesse de Pohénégamook. De gauche à droite : Mme Nancy Sénéchal (Les Aménagements Forêtmax), M. Simon Grenier (Ville de Pohénégamook), M. Julien Chouinard, M. Denis Ouellet, Mme France Hamel (Les Aménagements Forêtmax), M. Louis Cossette (Magasin M. Cossette), M. Guildo Labonté (Marché Richelieu – Alimentation J.P. Labonté et fils inc.), M. Benoît Morin (Gaz-bar Morin) et Mme Louise Labonté (Ville de Pohénégamook).

Une année de pause pour la Traverse du lac Témiscouata

 D2 6827 traversier MJDphoto 2018Le conseil d’administration de la Traverse du lac Témiscouata annonce avec regret qu’il a pris la décision de ne pas opérer le service du traversier Le Corégone pour l’année 2020. Ce choix découle de la situation actuelle en lien avec la propagation de la COVID-19. Les différentes restrictions liées à cette pandémie, de même que la diminution probable de l’achalandage laissent envisager une perte substantielle des revenus pour l’organisme.

L’organisation profitera de cette pause estivale pour effectuer différents travaux d’amélioration sur le bateau afin de compléter sa cure de rajeunissement entreprise ces dernières années et ainsi prolonger de façon appréciable sa durée de vie.

Les efforts des trois dernières années ont permis d’augmenter l’achalandage de plus de 300% et ont contribué à redonner au traversier la place qui lui revenait comme support important au développement économique et à l’offre touristique du Témiscouata.

« Pour l’année 2021, nous serons fins prêts à reprendre les opérations et nous sommes d’avis que le service offert par la Traverse du lac Témiscouata constituera un outil indispensable à la reprise des activités économiques et touristiques de notre région », souligne le président de la Traverse du lac Témiscouata, monsieur Claude Ouellet.

Photo : Marie-Josée Dubé

Le BSG mineur ramassera les contenants consignés à l’écocentre de Témiscouata-sur-le-Lac

consignation sitewebLe Ballon sur glace (BSG) mineur du Témiscouata en collaboration avec la Régie intermunicipale des déchets de Témiscouata (RIDT) mettra en place un système de collecte de contenants consignés.

Le BSG mineur du Témiscouata récolte déjà des contenants consignés pour financer une partie de ses activités et dans un souci de protéger l’environnement. Or, avec la pandémie actuelle, de plus en plus de gens veulent disposer adéquatement de leurs contenants consignés et notamment libérer leur cabanon bondé avant que la situation ne se rétablisse.

La RIDT offrira donc à la population de venir porter leurs contenants consignés à l’écocentre de Témiscouata-sur-le-Lac (quartier Cabano) selon les heures d’ouvertures habituelles c’est-à-dire les mardis, vendredis et samedis de 8h à 12h et de 13h à 16h ainsi que les jeudis de 13h à 16h. Ainsi, les contenants consignés récoltés seront remis au BSG mineur du Témiscouata. D’ailleurs, un autre organisme au Transcontinental profite déjà de cette collaboration à l’écocentre de Pohénégamook.

«Le BSG mineur du Témiscouata invite la population à venir porter leurs contenants consignés en grand nombre, car il sera notamment plus difficile de tenir des activités de financement au cours des prochains mois. De plus, au nom de notre organisation, j’aimerais remercier la RIDT pour leur précieuse collaboration» de conclure le président du BSG mineur du Témiscouata et coordonnateur du programme sportif ballon sur glace de l'École secondaire de Cabano, Alain Dugas.

Profil de l’organisation du Ballon sur glace mineur du Témiscouata

Le BSG Mineur du Témiscouata existe depuis plus de 17 années. À chaque saison, il permet à plus d’une centaine de filles et garçons âgés entre 6 et 19 ans de pratiquer le ballon sur glace à des niveaux récréatifs et compétitifs et incite les jeunes à adopter de saines habitudes de vie. Depuis la fondation de l’organisation, ses différentes équipes ont remporté près de 60 médailles lors de championnats provinciaux et nationaux.

Position de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent sur la levée prévue des barrières

tableDans un premier temps, les membres de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) tiennent à réitérer leur solidarité avec l’ensemble des régions qui sont durement affectées par la crise du corona virus et offrent leurs plus sincères condoléances aux personnes qui ont subi la perte d’un être cher.

Le 23 avril dernier, la TREMBSL s’était prononcée en faveur d’un déconfinement progressif à l’intérieur de son territoire, tout en demandant à la Direction régionale de la santé publique de maintenir les mesures de contrôle qui limitent l’accès à la région.

Depuis, le gouvernement du Québec a annoncé son plan de déconfinement par étape pour la région, avec l’ouverture de certains commerces le 4 mai, la reprise des cours au primaire, des services de garde, des activités dans le secteur de la construction autre que résidentielle et du secteur manufacturier le 11 mai. La relance de toutes ces activités en l’espace d’une semaine mobilise fortement les communautés qui doivent se réorganiser rapidement, avec la mise en place des mesures de protection adéquates. Le gouvernement a également annoncé, le 5 mai dernier, l’allègement du confinement pour les personnes logeant dans les résidences pour personnes âgées. Enfin, la levée des barrières est prévue pour le 18 mai prochain.

On observe toutefois une dégradation significative de la situation dans la grande région métropolitaine qui a forcé le gouvernement à revoir à deux reprises l’échéancier de son plan de réouverture pour cette partie du Québec.

« Nous sommes de tout cœur avec les gens qui sont confrontés à cette crise sans précédent. D’ailleurs, une équipe d’une quinzaine de professionnels de la santé du CISSS du Bas-Saint-Laurent est allée prêter main forte dans les zones chaudes cette semaine. Et la situation sanitaire privilégiée de notre région permet de dégager des ressources matérielles pour les secteurs où la pandémie fait le plus de ravages », a déclaré Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL. « Par contre, c’est évident que cette situation nous préoccupe, de même que nos citoyennes et citoyens. Notre rôle, en tant qu’élus, est de porter ces préoccupations à l’attention des instances qui peuvent intervenir en faveur des intérêts de notre population. C’est pourquoi nous interpelons de nouveau la Direction régionale et nationale de la santé publique, ainsi que le gouvernement du Québec, afin qu’ils agissent avec extrême prudence dans la décision de maintenir ou non la levée des barrières, notamment à l’ouest du territoire, le 18 mai prochain. Nous réitérons notre confiance en ces instances et sommes assurés qu’elles mettront toujours la santé et la sécurité des Bas-Laurentiens au sommet de leur priorité, considérant que notre population compte 25 % de personnes de 65 ans et plus », souligne-t-il.

« Quand je regarde à l’Ouest et à l’Est, je ne vois pas la même situation et je suis convaincu que les autorités de la santé publique prendront leur décision en conséquence », enchaîne Jérôme Landry, maire de Matane et membre de la TREMBSL. « La situation semble largement sous contrôle en Gaspésie, alors que l’Ouest et le Sud du Québec livrent une immense bataille contre la propagation de ce virus. Je pense que ça doit jouer dans la balance », estime-t-il.

La table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent souligne également l’importance d’avoir une approche coordonnée dans le secteur du Témiscouata qui possède des frontières communes avec le Maine et le Nouveau-Brunswick.

« C’est certain que cela va demander des ajustements entre le Québec et ses voisins, mais aussi la diffusion d’informations sur le réseau routier pour prévenir les gens de la situation qui prévaudra à ces points de contrôle », explique Guylaine Sirois, préfète de la MRC du Témiscouata, également membre de la TREMBSL.

« Sur l’ensemble du territoire, les gens expriment des appréhensions quand il est question de passer d’une situation où une personne en provenance d’une zone chaude qui entre sur le territoire doit se mettre en quarantaine obligatoire; à une autre où cette même personne n’aura aucune obligation en regard à son isolement pour 14 jours. Nos concitoyennes et concitoyens seraient plus confortables si, dans un premier temps, on permettait aux personnes possédant des résidences secondaires d’y accéder, tout en observant une quarantaine volontaire », conclut Michel Lagacé.

À propos de la TREMBSL
La Table régionale des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de faire la promotion des priorités régionales auprès d’eux.

Le Projet d’expérimentation de nouveaux modes de rémunération pour les ouvriers forestiers débutera comme prévu en mai

banniere emploi forestiersBSLLe Projet d’expérimentation de nouveaux modes de rémunération pour les ouvriers forestiers du Bas-Saint-Laurent commencera en mai, tel que prévu au plan d’action des partenaires de la Table sectorielle de concertation en aménagement forestier (TSCAF) du Bas-Saint-Laurent. Ce projet est rendu possible grâce à la participation financière du gouvernement du Québec.

Malgré la crise sanitaire, les travaux sylvicoles débuteront sous peu, car ils sont considérés parmi les activités économiques essentielles. Les mesures de distanciation et de protection requises seront déployées par les employeurs. À l’heure actuelle, un peu plus de 80 personnes ont posé leur candidature au projet et les entrevues de sélection sont en cours par les groupements forestiers impliqués.

À noter qu’il est encore possible pour les personnes intéressées de soumettre leur candidature en se rendant au crdbsl.org/foret ou en communiquant directement auprès des employeurs suivants : Groupement forestier du Grand-Portage (418 495-2054), Groupement forestier de Témiscouata (418 899-6673), Groupement forestier Métis-Neigette (418 798-8851) et la Société d’exploitation des ressources de la Vallée (418 562-4172).

Trois formules de rémunération expérimentées
Coordonné par le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent, le projet s’échelonnera sur une période de trois ans, de 2020 à 2022. Rappelons que 3 formules de rémunération seront expérimentées, selon 3 catégories de travailleurs : ouvriers débutants (rémunération à taux horaire), ouvriers expérimentés (rémunération mixte composée d’une base salariale garantie et d’une prime au rendement), ouvriers près de la retraite (rémunération à taux horaire établie selon un historique de production du travailleur). Des évaluations permettront de documenter l’expérience et la satisfaction des travailleurs face aux nouveaux modes de rémunération.

Document informatif : Projet emploi forestier

Don de tablettes aux ressources intermédiaires et CHSLD du Témiscouata

fondationC’est avec plaisir que nous vous annonçons que la Fondation de la santé du Témiscouata a fait l’achat de six tablettes électroniques destinées aux CHSLD et ressources intermédiaires du Témiscouta.

Plutôt que de se limiter à voir leurs proches à travers une fenêtre ou depuis un balcon, nos personnes âgées vivant dans les CHSLD ou ressources intermédiaire de la région pourront renouer avec eux grâce aux tablettes fournies par la Fondation de la santé du Témiscouata.

Avec les tablettes, ces personnes pourront non seulement voir leurs enfants, leurs petits-enfants, mais aussi les entendre rire, raconter leurs histoires et voir leurs derniers bricolages.

La Fondation de la santé du Témiscouata demeure active en cette période plus difficile où les besoins sont encore plus pressants dans notre région.

Le grand défi du printemps de Pohénégamook se prolonge d'une semaine

Affiche GDDPPuisque les belles journées du printemps tardent à s’installer et que la monotonie du confinement est difficile à chasser, la Ville de Pohénégamook a décidé de prolonger le GRAND DÉFI DU PRINTEMPS d’une semaine, soit jusqu’17 mai inclusivement.

Le GRAND DÉFI DU PRINTEMPS est un concours original organisé par le Service des loisirs et de la culture de Pohénégamook afin de redonner un peu de pep à ses citoyens. Pour y participer, les Pohénégamookois doivent se photographier ou se filmer pendant qu’ils relèvent un des cinq défis proposés, puis envoyer la preuve de leur exploit sur la page Facebook de la Ville ou par courriel à pcyr@pohenegamook.net.

« Étant donné que les activités de loisir que nous organisons habituellement à ce temps-ci de l’année sont annulées en raison de la COVID-19, nous cherchions une façon originale d’inviter nos citoyens à bouger et à s’amuser, tout en s’assurant de respecter la distanciation sociale. » explique Patrick Cyr, directeur du Service des Loisirs et de la culture à la Ville de Pohénégamook.

Pour chaque défi relevé, les participants remportent une chance de gagner l’un des trois bons d’achat dans un commerce local de leur choix. Le tirage sera effectué au cours de la semaine 18 mai 2020. La population est invitée à consulter le site Internet de la Ville de Pohénégamook afin de prendre connaissances des modalités concours.

Trousse repas de la Soupe à l'alphabet

De la soupe à lalphabetConnaissez-vous les trousses repas contenant ingrédients et instructions livrées chez vous? C'est ce que propose la Maison de la famille du Témiscouata aux huit familles inscrites aux ateliers de cuisine de la Soupe à l'alphabet. Compte tenu de la situation actuelle, ces ateliers de cuisine parents-enfants offerts depuis deux ans ont dû être annulés et une toute nouvelle formule a été instaurée.

Les ateliers s'inspirent directement du projet Cuisi-mots présenté par la Fondation pour l'alphabétisation et offert l'an dernier dans les locaux des Cuisines Collectives des municipalités de Dégelis et de Biencourt. Cuisi-mots est un projet d'alphabétisation familiale qui valorise l'importance de savoir lire pour bien manger et entretenir de saines habitudes de vie. Le projet a tellement remporté de succès au Témiscouata, qu'on a cru bon de répéter l’exercice et de développer des ateliers du même genre appelés de la Soupe à l'alphabet.

Lors de ces ateliers, les parents sont invités, après les classes, à venir préparer le souper avec leurs enfants dans les locaux des Cuisines Collectives. On lit les recettes à haute voix, on passe du bon temps en famille, on échange sur la parentalité, l'école, la cuisine, on prend des trucs et on repart avec le repas! Trois organismes sont impliqués dans l'offre de services : la Maison de la famille du Témiscouata, les Cuisines Collectives de Dégelis et ABC des Portages, organisme d'alphabétisation.

À partir du 18 mai, les familles déjà inscrites recevront directement à la maison une boîte de denrées et les instructions pour réaliser des recettes. Elles pourront même regarder de courtes vidéos explicatives sur le site web de la Fondation pour l'alphabétisation (fondationalphabetisation.org) et identifiées par le mot-clic #OnCuisineEnFamille. Les familles devront se prendre en photo durant la réalisation de leur repas. Les animatrices offriront du support via un groupe formé sur les médias sociaux.

Bien que les contacts directs soient privilégiés par les organismes, cette nouvelle formule de trousses repas sera, souhaitons-le, source de plaisir et d'apprentissage en famille!

Ce projet est rendu possible grâce à la participation financière du ministère de l'Éducation et de COSMOSS Témiscouata.

Les salles de spectacle demandent des directives claires

unnamedLe Réseau des Organisateurs de Spectacles de l’Est du Québec (ROSEQ), demande à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, des directives claires dans les meilleurs délais. La Ministre laissait entendre hier qu’elle présenterait son plan seulement en juin. L’attente jusqu’au mois de juin menace plusieurs membres du ROSEQ durement touchés par la crise en fonction de leur engagement. Le ROSEQ demande au ministère de suspendre dans les meilleurs délais les activités des salles de spectacles professionnelles et reconnues, et ce jusqu’au 31 août 2020.

«Une orientation claire est nécessaire pour les membres du ROSEQ afin qu’ils puissent travailler en harmonie avec les acteurs du milieu du spectacle, avec qui ils entretiennent une relation d’affaires depuis 40 ans. Nos salles souvent intimistes et les engagements que nous avons pour les spectacles du Réseau d’été qui doit débuter en juin ne nous permettent pas d’attendre pour être fixé. En effet, les réalités professionnelles de la diffusion impliquent un travail de plusieurs semaines, tant au niveau de la mise en marché des spectacles que de la logistique entourant leur tenue. De plus, les ventes de billets sont actuellement au point mort et une étude Léger 360 commandée par RIDEAU et publiée hier, brosse un portrait pessimiste sur l’intention des gens à se réunir dans une salle de spectacle », explique Frédéric Lagacé, directeur général du ROSEQ.

Premiers touchés, derniers fixés

Le secteur de la diffusion de spectacles et par extension tout le milieu artistique furent les premiers touchés par la crise qui sévit et durent cesser la totalité de leurs activités dès le 12 mars. Pourtant, présentement le milieu est toujours laissé dans le flou et sera selon toute vraisemblance un des derniers secteurs à être relancé ou à obtenir des directives de déconfinement. « Au cours des dernières semaines, le ROSEQ a multiplié les communications auprès du gouvernement afin d’obtenir des perspectives claires de travail, mais en vain. Nous serions fiers de travailler avec le ministère de la Culture pour trouver des pistes à emprunter face à la situation critique que nous vivons et ainsi participer activement à la solution. L’attente jusqu’au mois de juin est insoutenable pour nous : je suis inquiète comme présidente de l’effet dévastateur que cela peut avoir pour nos membres et leur organisation », s’inquiète Josée Roussy, présidente du ROSEQ et directrice de CD Spectacles de Gaspé.

La distanciation sociale et la géométrie variable: non viable pour les salles

Il est évalué que l’application de mesures de distanciation dans les salles de spectacles forcera les diffuseurs à réduire leurs nombres de places de plus de 75%. Par exemple, une salle de 250 places, jauge maximale dans le Réseau d’été, pourra accueillir tout au plus 62 personnes. La diffusion d’un seul spectacle demandera également un protocole sanitaire complexe qui entrainera des coûts importants. C’est tout un modèle d’affaires qui est remis en question et c’est pourquoi il est essentiel que les diffuseurs puissent disposer de directives conséquentes du gouvernement qui vont leur permettre de poursuivre leurs activités professionnelles dans le respect de tous les acteurs et du public qui est lui aussi laissé dans le flou.

À propos

Le ROSEQ est un réseau de 32 diffuseurs pluridisciplinaires en arts de la scène répartis sur un imposant territoire dans les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de la Côte-Nord et de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine. Le réseau coordonne plus de 800 spectacles et 300 tournées par année, produisant des recettes de billetterie de plus de 5 millions de dollars. En plus de revendiquer une suspension des spectacles jusqu’au 31 août, le ROSEQ demande aussi des mesures compensatoires pour les artistes, organismes et entreprises actuellement fragilisés dans le secteur culturel, qui est l’un des plus touchés par la crise entourant la COVID-19.

Les élus municipaux du Bas-Saint-Laurent préoccupés par la saison touristique

logoLa crise de la COVID-19 frappe durement l’industrie touristique bas-laurentienne qui compte 850 entreprises et quelque 1 800 emplois. Les membres de la Table régionale des élu(e)s du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) ont donc tenu une rencontre extraordinaire avec les directions régionales de l’Association touristique régionale (ATR) du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie pour discuter d’un plan de relance de cet important secteur d’activité.

Le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie travaillent en étroite collaboration à la promotion de l’offre touristique au sein de l’organisme « Québec maritime », qui regroupe aussi la Côte-Nord et les Îles de la Madeleine. Cette collaboration est d’autant plus essentielle qu’une partie de la région administrative du Bas-Saint-Laurent se retrouve dans la région touristique de la Gaspésie, soit les MRC de La Matanie, de la Matapédia et une partie de La Mitis.

« C’est une particularité qui n’est pas unique à notre région. Le découpage touristique est parfois différent des limites administratives », explique Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

Actuellement, les activités sont suspendues à la grandeur du Québec, mais la possibilité d’un déconfinement régional, le 18 mai prochain, suscite l’intérêt de l’industrie touristique qui demeure en attente du cadre qui sera établi par la Direction de la santé publique et le gouvernement du Québec pour relancer ses opérations.

« Le défi, à l’aube du dépôt de ce plan gouvernemental encadrant le fonctionnement de l’industrie, sera de mettre en place les mesures de protection comme le lavage des mains, des équipements et des surfaces, ainsi que la distanciation physique exigés par la santé publique », explique M. Lagacé. « Pour certaines entreprises, le coût de ces mesures et la diminution de la capacité feront la différence entre des pertes et la rentabilité. Les gouvernements devront être attentifs à la situation critique de ce secteur et tout mettre en œuvre pour soutenir les entrepreneurs de la région et assurer que les activités se déploient dans le plus strict respect des règles socio-sanitaires », souligne le président de la TREMBSL.

De son côté, Pierre D’Amours, maire d’Amqui et vice-président de la TREMBSL, estime qu’il faudra d’abord miser sur le tourisme intrarégional si la situation permet des déplacements non essentiels. « Comme le disait la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, la situation actuelle représente une opportunité pour les Bas-Laurentiens de redécouvrir leur région et de soutenir l’économie locale. Idéalement, si l’épidémie reste sous contrôle, nous serons en mesure d’accueillir les gens des régions limitrophes et, ultimement, de l’ensemble du Québec. Nous sommes des gens accueillants de nature et ne demandons pas mieux que d’ouvrir nos portes aux touristes de partout, mais seulement si nous pouvons assurer leur santé et sécurité, de même que celle de l’ensemble de notre population », conclut-il.

La TREMBSL
La Table régionale des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de faire la promotion des priorités régionales auprès d’eux.

Les jeunes Bas-Laurentiens invités à découvrir À GO, on lit ! Un mouvement positif autour du plaisir de lire pour les jeunes du Québec

2019 AGOL LogoDegrade 002La Démarche COSMOSS se joint au coup d’envoi de l’édition printanière du mouvement À GO, on lit ! et à ces nouveaux ambassadeurs de renom. Engagés auprès de la jeunesse, c’est sans hésitation que Rachid Badouri et Yannick de Martino ont accepté de s’impliquer à titre d’ambassadeurs en cette période de pause nationale. D’autres célébrités et influenceurs s’ajouteront tout au long de la campagne.

C’est par le biais de « stories » et de « posts » sur les réseaux sociaux, mettant en vedette ces personnalités publiques, que les jeunes pourront les suivre dans leur quotidien et découvrir la relation particulière que chacun d’entre eux entretient avec la lecture. Cette initiative permettra de rejoindre des milliers de jeunes et d’adultes tout au long de cet arrêt scolaire et de leur faire découvrir le plaisir de lire ainsi que leur profil de lecteur via la plateforme numérique À GO, on lit !

À GO, on lit! C’est quoi ?
À GO, on lit ! est une campagne numérique multiplateforme où les jeunes sont invités à faire un quiz interactif dans le but de connaître leur profil de lecteur pour ensuite accéder à des suggestions lecture personnalisées en fonction de leurs intérêts. Toutes ces suggestions, identifiées par une pastille correspondant à l’un des cinq profils de lecteur (Boho-Romantico, Échevelé, Surnaturel, Mains-moites et Fouineur) amènent les jeunes à découvrir des coups de cœur lecture. À GO on lit! permet de démontrer les bienfaits de la lecture, qu’elle est source de plaisir, d’évasion et de réussite. Cette initiative favorise donc l’engagement des jeunes et souhaite provoquer un changement de comportement positif face à la lecture à partir de leurs intérêts personnels.

Devant le succès de l’initiative auprès des jeunes, les partenaires COSMOSS Bas-Saint-Laurent ont convenu d’unir leurs forces avec l’ensemble des partenaires du Réseau québécois pour la réussite éducative pour déployer auprès des jeunes Bas-Laurentiens À Go On Lit ! « La lecture sous toutes ses formes peut représenter un moyen d’évasion et un facteur puissant de développement dans le contexte actuel où les jeunes n’ont plus les repères habituels d’apprentissage. À go on lit permet de leur offrir un moyen ludique de redécouvrir la lecture et ce, par un médium qu’ils connaissent très bien, soit le numérique », souligne le sénateur Éric Forest, président de la Démarche COSMOSS Bas-Saint-Laurent.

À GO, on relance le mouvement partout au Québec !
Cette idée originale a été créée par le PREL | Les Partenaires pour la réussite éducative dans les Laurentides avec la volonté d’aller à la rencontre des jeunes de 14 à 20 ans pour leur faire découvrir la lecture sous un autre visage. C’est sans aucune hésitation que les 17 régions du Québec ont emboîté le pas pour propulser cette initiative via tous les réseaux. Ainsi, les Instances régionales de concertation en persévérance scolaire et en réussite éducative, leurs partenaires respectifs, ainsi que le Réseau québécois pour la réussite éducative, relayeront les différentes publications permettant d’orienter les jeunes vers le site www.agol.ca pour y découvrir leur profil de lecteur. Cette édition spéciale se déroulera du 1er mai au 15 juillet prochain principalement sur le numérique.

À GO, vous embarquez avec nous ? www.agol.ca
Suivez-nous sur IG et FB
@agoonlit
#agoonlit

Un partenaire de choix – le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur
Nous tenons à souligner et remercier le ministère de L’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour le partenariat important permettant le déploiement du mouvement À GO, on lit ! Cette initiative n’aurait pu voir le jour sans ce soutien financier. Merci.

COVID-19 : S’informer au bon endroit pour désengorger les lignes d’urgence

imagesLes règles sur le confinement et la distanciation sociale soulèvent certains questionnements dans la population. Pour obtenir des réponses à leurs questions, les gens se tournent vers diverses sources d’information, mais parfois ce ne sont pas les bonnes. La MRC de Témiscouata a été avisée que les lignes d’urgence sont débordées d’appels. Nous invitons donc les citoyens à se renseigner au bon endroit et à n’utiliser le 911 ainsi que le 310-4141 qu’aux fins d’appels d’urgence.

Chacun d’entre nous doit se conformer aux mesures de confinement et de distanciation physique, tout en s’assurant de bien comprendre les règles ainsi que les meilleures pratiques. Pour informer adéquatement la population, le gouvernement du Québec a mis en place le site web : https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/ et la ligne téléphonique sans frais : 1-877-644-4545 ou 1-800-361‑9596 pour les personnes malentendantes. Les gens peuvent y retrouver plusieurs réponses à leurs interrogations dans la foire aux questions, ainsi que dans les rubriques sur les consignes sanitaires et d’isolement, les déplacements entre les régions, les services et les activités prioritaires.

Le préfet de la MRC, madame Guylaine Sirois, précise : « Vous êtes plusieurs à vous questionner sur les situations pour lesquelles il est approprié de contacter ou non les lignes d’urgence dans le contexte de la pandémie. La Sûreté du Québec demande aux gens de les appeler seulement lorsqu’une intervention policière est nécessaire, pour dénoncer des rassemblements qui ne respectent pas la distanciation sociale de deux mètres ou pour signaler un commerce non essentiel toujours ouvert. Concernant les points de contrôle, ce sont les policiers sur place qui déterminent s’ils autorisent ou non le passage ».

En ce temps de pandémie, les citoyens doivent faire un effort particulier pour préserver notre capacité à répondre aux appels à l’aide. Les hommes et les femmes qui veillent à la sécurité des gens pendant cette période trouble ont un travail difficile à faire et il nous appartient à tous de les appuyer en s’informant aux bonnes sources.

Une plateforme régionale d’information dédiée à la COVID-19 : infocovid19bsl.ca

infocovid19bsl.caDevant le besoin de rassembler l’information diffusée dans le contexte de la crise sanitaire, la Table régionale des élu[e]s municipaux et le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent mettent en ligne une plateforme d’information évolutive. L’objectif est de regrouper un éventail d’outils et de renseignements tant pour les citoyens que les organisations et les entreprises, en complémentarité aux initiatives déjà déployées dans le Bas-Saint-Laurent.

Mis à jour régulièrement, le site internet www.infocovid19bsl.ca sera en ligne dès le 29 avril. Il évoluera selon le contexte pour documenter les mesures de confinement actuel ou la reprise graduelle des activités socioéconomiques. Les services à la population, mesures de soutien et outils d’aide pour les intervenants sont des éléments qui figurent au contenu. L’on y présentera également des initiatives issues des cellules de réponses aux besoins essentiels mises en place dans les territoires de MRC.

Toute personne ou organisation ayant des informations à partager au bénéfice de la région peut le faire en communiquant à edimestre@infocovid19bsl.ca.

Position de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent sur les mesures de prévention et la relance de l'activité économique en période de pandémie du Corona Virus

table régionaleD’emblée, les membres de la Table régionale des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) tiennent à exprimer leur solidarité avec l’ensemble des Québécois qui sont durement frappés par la crise du corona virus et offrent leurs condoléances aux personnes qui déplorent la perte d’un être cher.

Depuis que le gouvernement du Québec a déclaré l’état d’urgence sanitaire le 13 mars 2020, le Bas-Saint-Laurent a réussi à contrôler la propagation de la maladie du coronavirus sur son territoire. En date du 23 avril 2020, la région ne comptait que 34 cas déclarés, dont malheureusement un décès, un nombre qui est demeuré stable depuis maintenant 13 jours. 30 de ces cas sont d’ailleurs considérés comme guéris.

Outre le facteur chance, parmi les principaux éléments qui ont favorisé ce faible taux de contamination, soulignons la fermeture hâtive de la région, la capacité, pour les autorités médicales, d’identifier rapidement les cas et de procéder à des enquêtes épidémiologiques efficaces, le confinement rapide des milieux d’hébergement où vivent des personnes vulnérables, la rigueur du personnel clinique et le grand respect par la population des mesures de prévention telles que le lavage des mains, la distanciation sociale et la réduction des déplacements.

Une situation difficile pour la population

Bien qu’elles aient démontré leur efficacité, ces mesures ont des impacts importants sur la vie des citoyennes et citoyens. Après six semaines, on sent que les gens sont impatients de retrouver une existence plus normale et l’idée d’un relâchement progressif des mesures fait son chemin. La crise actuelle constitue une épreuve sans précédent pour l’ensemble de l’humanité, tant au niveau social qu’économique.

Les conditions pour amorcer un déconfinement

L’organisation mondiale de la santé établit six conditions pour amorcer un déconfinement sécuritaire :

•Maîtriser la transmission du virus;
•Assurer l'offre de santé publique et de soins;
•Minimiser le risque dans des environnements exposés où se retrouvent les citoyens les plus vulnérables, comme les établissements de santé de longue   durée;
•Mettre en place des mesures de prévention au travail, dans les écoles et d'autres lieux fréquentés;
•Contrôler le risque de cas importés;
•Responsabiliser les populations.

Force est de constater que ces conditions ne sont toujours pas rencontrées à l’échelle du Québec, alors que le nombre de cas est toujours en progression, que les foyers de propagation les plus importants et les plus mortels se situent dans les établissements de santé de longue durée, que les mesures de prévention restent à déterminer dans les écoles et dans les lieux de travail qui demeurent toujours fermés.

Or, les principales mesures qui protègent la région du Bas-Saint-Laurent de la situation dramatique vécue ailleurs au Québec sont les barrières qui contrôlent l’accès à son territoire. Les membres de la TREMBSL estiment que ces barrières doivent demeurer en place, pendant les premières étapes d’un déconfinement intrarégional.

La position de la TREMBSL sur le déconfinement régional

La Table régionale des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent se prononce en faveur d’un déconfinement progressif au niveau local et intrarégional dans une première étape. Elle demande donc à la Direction de la santé publique de considérer l’allègement graduel des mesures à l’intérieur du territoire bas-laurentien au moment qu’elle jugera opportun, afin de favoriser l’épanouissement social des citoyennes et citoyens et la reprise progressive de l’activité économique, le tout dans le cadre d’une gestion scientifique des risques liés à la pandémie. Toutefois, considérant que la situation est loin d’être sous contrôle à l’échelle québécoise, elle demande à la Direction régionale de la santé publique de maintenir les mesures de contrôle qui limitent l’accès au territoire bas-laurentien aux seules personnes qui y possèdent une résidence principale, et ce, pour aussi longtemps qu’elle le jugera nécessaire pour préserver la santé de la population. La Table tient aussi à souligner l’importance de mettre tout en œuvre pour protéger les personnes vulnérables résidant dans les centres d’hébergement, considérant que la région compte 25 % de personnes de 65 ans et plus. Enfin, les membres de la Table des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent réitèrent leur engagement à promouvoir le respect des mesures préventives, comme la distanciation sociale et le lavage systématique des mains, et offrent leur pleine et entière collaboration aux autorités médicales et gouvernementales dans l’effort national pour endiguer cette maladie et protéger la santé et la sécurité de notre population.

La TREMBSL suivra attentivement la situation et interviendra de nouveau dans le débat au besoin.

ADOPTÉE À L’UNANIMITÉ, PAR CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE, LE 23 AVRIL 2020.

Michel Lagacé, président

La TREMBSL
La Table régionale des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de faire la promotion des priorités régionales auprès d’eux.

La 9e édition de la Journée des familles à Packington remise en 2021

20190601 140816 HDRLe comité organisateur annonce avec déception l’annulation de la Journée des familles qui devait avoir lieu à Packington le 6 juin prochain.

Cette décision s’impose d’elle-même compte tenu de la situation actuelle en lien avec la pandémie de COVID-19. La santé de nos familles témiscouataines est trop importante pour nous.

Pour la 9e édition, nous travaillerons tous ensemble afin que cette journée soit mémorable.

Nous sommes enthousiasme de pouvoir célébrer cette Journée des familles avec vous lors du rendez-vous à Packington le 12 juin 2021!

Les ressources communautaires du Témiscouata se mobilisent contre les effets de la pandémie

MRC Temiscouata regulierLa crise provoquée par la COVID-19 fait émerger de nouveaux besoins en matière de santé, d’aide alimentaire, d’hébergement d’urgence et de soutien psychosocial ou familial. Dans un souci de bien coordonner leurs actions, des représentants de la MRC de Témiscouata, de COSMOSS Témiscouata, d’organismes communautaires, du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-St-Laurent (Installations du Témiscouata), de la CDC des Grandes Marées et de l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent ont décidé de mettre sur pied une cellule communautaire. Les partenaires se concertent régulièrement par vidéoconférence. Le comité invite les personnes qui ont besoin d’aide à consulter le répertoire des organismes communautaires qui sont à l’œuvre dans la région au www.mrctemiscouata.ca et sur la page Facebook de la MRC de Témiscouata.

Dans ce contexte difficile, les gens qui éprouvent des problèmes de santé physique ou mentale, familiaux ou d’approvisionnement alimentaire ne sont pas laissés à eux-mêmes au Témiscouata. Plusieurs ressources offrent toujours leurs services à ceux qui en ont besoin, tout en respectant les consignes de distanciation sociale. Nous sommes face à une situation historique hors du commun. Les préoccupations concernant la santé, les finances, le travail, l’isolement, la violence conjugale, nos enfants, nos aînés et les besoins alimentaires font partie du quotidien de plusieurs personnes.

« Demandez de l'aide quand vous vous sentez dépassé ou bien si vous avez besoin de dépannage alimentaire. En cas de détresse, contactez la ligne téléphonique d’aide 811 et faites le 2 pour exprimer ce que vous vivez. Des personnes attentionnées se feront un devoir de vous répondre pour vous aider en toute confidentialité. Si vous connaissez des gens qui ont besoin de soutien, n’hésitez pas à les diriger vers nos ressources communautaires. Faisons le nécessaire pour prendre soin de soi et de ceux qu’on aime », indique Madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata.

Les organismes du Témiscouata qui s’occupent des services de dépannage alimentaire d’urgence mettent tout en œuvre pour répondre à la demande. Nous invitons les gens qui le peuvent à leur offrir du temps bénévole ou des dons en argent pour soutenir les personnes plus défavorisées pendant cette crise de la COVID-19.

Lien vers le Tableau des ressources disponibles au Témiscouata

Emplois d'été Canada : Appel aux services essentiels

canadaLe député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, invite les organismes et entreprises de la circonscription qui fournissent des services essentiels à le joindre d’ici au 20 avril, afin que le plus de gens possible profitent de la bonification du programme Emplois d’été Canada.

Rappelons qu’en raison de la pandémie de COVID-19, les employeurs financés par le programme Emplois d’été Canada seront exceptionnellement admissibles à un remboursement de subvention salariale pouvant atteindre 100 % du salaire horaire minimum, même s’il s’agit d’emplois à temps partiel. De plus, la période pour faire l’embauche des jeunes sera prolongée du 11 mai 2020 au 28 février 2021.

Cela constitue une bonification généreuse, selon monsieur Blanchette-Joncas, mais l’échéancier pour y présenter une candidature arrive à grands pas. D’ici au 20 avril, le député compte identifier des organismes communautaires et des entreprises qui fournissent des services essentiels et qui n’ont pas demandé de financement à Emplois d’été Canada cette année.

« J’incite les banques alimentaires, les maraîchers et les autres organisations qui offrent des services essentiels à me joindre afin qu’ils puissent créer des emplois en ce temps de crise. L’occasion est parfaite pour eux d’assurer les tâches que des bénévoles ou employés plus âgés ne peuvent plus accomplir en
raison du confinement », a expliqué le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques.

Maxime Blanchette-Joncas souligne également que de nombreux jeunes se retrouveront sans revenus cet été en raison des répercussions de la pandémie. « Alors qu’ils n’avaient même pas terminé leurs examens, beaucoup de nos jeunes ont vu disparaître, impuissants, leurs occasions d’emploi. Il faut qu’on agisse
maintenant pour en créer de nouvelles. On compte aider les employeurs à faire partie de la solution! », a-t-il ajouté.

Très actif, en particulier depuis le début de la crise, monsieur Blanchette-Joncas a bon espoir que ces nouvelles mesures contribueront à réduire les impacts économiques et sociaux de la COVID-19. Il entend continuer à mettre toutes ses énergies à aider le gouvernement dans la préparation et l’application des
mesures d’aide, dans une approche non partisane.

Le programme Emplois d’été Canada offre des contributions salariales pour inciter les employeurs à créer de l’emploi pour les jeunes âgés de 15 à 30 ans. Les organismes à but non lucratif et les employeurs des secteurs public et privé de 50 employés ou moins y sont admissibles.

COVID-19 : Aide d'urgence aux petites et moyennes entreprises

logo MRCL'aide d'urgence aux petites et moyennes entreprises est un programme du ministère de l'Économie et de l'Innovation dont la gestion et le déploiement au Témiscouata ont été confiés à la MRC. Cette mesure, qui s'inscrit dans le contexte d'une situation économique exceptionnelle et circonstancielle, a pour objectif de favoriser l'accès à des capitaux pour maintenir, consolider ou relancer les activités des entreprises affectées par la pandémie COVID-19.

Pour consulter le guide d'aide d'urgence aux petites et moyennes entreprises, le procédurier sur les entreprises du Témiscouata et le formulaire, rendez-vous sur le site Internet du Service de développement de la MRC de Témiscouata : https://developpementmrctemiscouata.ca/services-disponibles/service-aux-entreprises